Archives de Catégorie: ATTAC/COPERNIC /CADTM/CETIM

Procès Lagarde, la culpabilité version business class


arton14340-982eb

La Cour de justice de la République a rendu ce lundi 19 décembre son jugement dans l’affaire de l’arbitrage Tapie : l’ancienne ministre de Nicolas Sarkozy et actuelle directrice du Fonds monétaire international, Christine Lagarde est reconnue coupable mais reste dispensée de peine et son casier judiciaire reste vierge (!). Véritable prouesse, voire un non-sens juridique, cette sentence est définitive car il n’est pas possible de faire appel. Elle ne fait que confirmer une justice d’exception à l’égard des hauts fonctionnaires. Lire la suite

Des moyens pour une effectivité universelle de la protection sociale

arton14277-a6aa1L’évolution de la protection sociale représente deux grandes tendances. Globalement, dans les pays dits développés, les mécanismes de protection sociale subissent un démantèlement structuré sous l’égide des politiques néolibérales et des mesures d’austérité. Alors que dans les pays dits en développement, des initiatives privées et publiques pour étendre la protection sociale se multiplient, bien que leur portée reste limitée. Lire la suite

Conversion de dettes tunisiennes : le CADTM International dénonce le cadeau empoisonné de la France et de la Belgique

Le Premier ministre français a annoncé, lors de la conférence internationale sur l’investissement à Tunis les 29 et 30 novembre 2016, la décision de son gouvernement de convertir une partie de la dette de la Tunisie en investissements ; soit 1 milliard d’euros d’ici 2020, à raison de 250 millions d’euros par an. Quelques jours plus tard, le Premier ministre belge lui emboîtait le pas en annonçant une mesure similaire portant sur 3 millions d’euros de dettes tunisiennes. Lire la suite

Déclaration du CADTM Afrique à l’issue de sa seconde université d’été à Niamey (Niger)

La deuxième Université du Réseau CADTM Afrique s’est tenue dans la ville de Niamey, au Niger, du 7 au 9 octobre 2016 sous le thème « Unissons-nous contre les dettes illégitimes », pour des audits citoyens des dettes publiques et l’abolition des dettes illégitimes.

Cette rencontre destinée à la formation des membres du Réseau a permis aussi d’échanger entre les quatre-vingt-dix militantes et militants venu-e-s de six (6) pays africains (Burkina Faso, Mali, Maroc, Niger, Sénégal, Côte d’Ivoire et Togo) et les représentant-e-s venu-e-s de pays européens (Belgique).

Le mécanisme de la dette comme système de transfert des richesses du Sud vers le Nord et ses conséquences sur la vie des peuples de notre continent ont été au centre des travaux de cette université.

Nous, mouvements sociaux réunis à cet effet à Niamey, au Niger, avons au cours de cette édition traité de plusieurs thèmes qui touchent les problèmes qui entravent le développement de l’Afrique. Ainsi, nous avons parlé de ce qui suit : Lire la suite

Voyage à l’intérieur du monde du fracking


cover_def-e1473064452895Dans sa préface « 
Les industries extractives : les nouvelles violations des droits humains et des peuples », preface-dadolfo-perez-esquivel-a-louvrage-la-passion-du-schiste-democratie-capitalisme-environnement-en-argentine/, publiée avec l’aimable autorisation du CETIM, Adolfo Pérez Esquivel aborde, entre autres, les droits humains, les lieux de vie des « peuples indigènes », les entreprises extractives, les conflits « environnementaux », l’Amazonie et la compagnie Chevron, les hydrocarbures conventionnels ou non, l’impunité judiciaire, les droits des populations autochtones, les communautés mapuche, l’entreprise YPF, la fracture hydraulique (fracking), l’expertise démocratique contre quelques experts « juge et partie »… Lire la suite

Préface d’Adolfo Pérez Esquivel à l’ouvrage : La passion du schiste. Démocratie, capitalisme, environnement en Argentine

Avec l’aimable autorisation du CETIM

Les industries extractives : les nouvelles violations des droits humains et des peuples

cover_def-e1473064452895Les droits humains étaient au début circonscrits à des segments déterminés de la vie de la société ou des indivi­dus. Ils s’étendent aujourd’hui aux espaces physiques et aux écosystèmes naturels, lieux de vie des peuples indigè­nes. Ces derniers, qui vivent dans une relation étroite avec la Terre mère, sont conscients de sa valeur. Ils maintien­nent depuis toujours l’équilibre adéquat pour que l’environnement naturel reste sain et puisse perdurer. Malheureusement avec le temps, le « marché », qui ré­pond à divers intérêts, ni nationaux, ni collectifs mais bien transnationaux et individualistes, a transformé ces biens naturels en objets lucratifs. Les entreprises et les politiques publiques privilégient le capital financier par rapport à la vie des peuples. Lire la suite

Changer le système, pas le climat » – Conférence internationale Tous à Safi les 4 et 5 novembre 2016

Voilà 15 ans, le Maroc accueillait la COP 7. Cette année la Conférence des parties sur le changement climatique prépare sa 22ème édition, à nouveau au Maroc. Que s’est-il passé pendant ces 15 ans? Pas grand chose. La COP de Kyoto (1997) a misé sur le marché pour contrôler les émissions de carbone. Le protocole de Kyoto, entré en vigueur seulement en 2005 a confirmé que les mécanismes du marché n’ont pas permis de réduire ces émissions qui ont continué d’augmenter de 2% par an (5ème rapport du GIEC). Lire la suite