Archives de Catégorie: ATTAC/COPERNIC /CADTM/CETIM

Une politique offensive contre les droits de la majorité de la population


un_president_ne_devrait_pas_tbnDans son introduction, introduction-et-sommaire-du-livre-de-la-fondation-copernic-un-president-ne-devrait-pas-faire-ca-inventaire-dun-quinquennat-de-droite/, publiée avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse, Pierre Khalfa revient sur la campagne électorale de François Hollande, la phrase d’un soir de meeting – Mon ennemi c’est la finance », sur ce bilan qu’il convient en effet de considérer comme « désastreux pour un président de la République se réclamant de la gauche » Lire la suite

Les femmes d’Europe face à l’austérité et à la dette publique

La dette, cheval de Troie d’une guerre sociale sans précédent contre les peuples d’Europe, n’est nullement neutre du point de vue du genre. Les mesures d’austérité imposées en son nom sont sexuées autant dans leurs caractéristiques que dans leurs effets.

Pour l’Union européenne, le FMI et leurs gouvernements complices, le seul moyen de résoudre la crise est d’appliquer de rigides mesures d’austérité. Selon la doxa néo-libérale, elles permettraient aux États endettés de rembourser leur dette et de retrouver le sacro-saint équilibre budgétaire. En réalité, ce tout-austéritaire n’engendre qu’un saccage social sans précédent au sein des pays sommés de l’appliquer. Le désastre humanitaire qui ravage la Grèce depuis 2010 est l’effroyable matérialisation de l’application des Memoranda of Understanding (MoU)1. Accompagnés de réformes structurelles socialement rétrogrades, ils détruisent le pays à coup de privatisations, augmentation de taxes injustes telle que la TVA, coupes dans les salaires, les pensions, la santé, l’éducation, la culture, etc. Outre cette antinomie entre développement social et austérité, toute analyse quelque peu approfondie de la crise de la dette démontre sans ambiguïté qu’elle est sexuée tant dans ses caractéristiques que dans ses effets. Loin de s’attaquer aux responsables de cette crise, aux riches et aux grands patrimoines, l’austérité touche les populations les plus fragilisées, les plus précaires et donc encore, malheureusement, majoritairement les femmes et plus particulièrement, celles qui sont les plus vulnérables (les mères célibataires, les femmes jeunes, âgées, migrantes, les femmes provenant d’une minorité ethnique, du milieu rural…). Tout comme les plans d’ajustement structurel ont appauvri les femmes du Sud, les plans d’austérité sont en train de saigner celles de l’Europe. Privatisations, libéralisations et restrictions budgétaires sabrent les droits sociaux des femmes, accentuent leur pauvreté, durcissent et aggravent les inégalités entre les sexes et sapent les ‘conquis’ féministes. Lire la suite

Perdre sa vie à la gagner

Avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse

un_president_ne_devrait_pas_tbnEn matière de droit du travail, les modifications successives opérées tout au long du quinquennat ont été plus loin que la simple prolongation des processus de déconstruction, engagés sous les gouvernements précédents. Plus brutales aussi, avec le recours répété à l’article 49.3 de la Constitution. Avec la loi dite « Travail », une remise en cause globale est engagée, qui prendra de l’ampleur au cours des années qui vont venir, d’accords dérogatoires en accords dérogatoires. Lire la suite

Femmes : engagements non tenus

Avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse

un_president_ne_devrait_pas_tbnL’histoire du ministère des droits des femmes est significative du déclassement progressif du thème de l’égalité entre les femmes et les hommes durant ce quinquennat. Des réformes allant dans le bon sens ont certes été entreprises, mais ce sont des demi-mesures qui ne vont pas au bout des choses. Alors que les besoins restent considérables pour rendre effectifs les droits des femmes et l’égalité, le ministère n’a jamais disposé d’un budget à la hauteur des enjeux. De plus, la poursuite des politiques d’austérité a accru la fragilisation des plus précaires, parmi lesquels les femmes – particulièrement les mères isolées – sont majoritaires. Lire la suite

Introduction et sommaire du livre de la Fondation Copernic : Un président ne devrait pas faire ça ! Inventaire d’un quinquennat de droite

Avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse

un_president_ne_devrait_pas_tbnEn 2012, la campagne électorale de François Hollande avait été marquée du sceau de l’ambiguïté. La phrase d’un soir de meeting – Mon ennemi c’est la finance » – avait marqué les esprits. Elle avait fait oublier son objectif de « donner sens à la rigueur » et sa volonté de ramener le déficit public sous la barre des 3 % du PIB dès 2013, reprenant à son compte l’engagement de Nicolas Sarkozy, et annonçant ainsi la poursuite de la politique d’austérité. Son engagement à renégocier le pacte budgétaire, le traité dit Sarkozy-Merkel, rassurait. Et puis, même dubitatif, on voulait tellement malgré tout y croire un peu. Après le quinquennat qui venait de s’achever, ça ne pouvait pas être pire… Lire la suite

Procès Lagarde, la culpabilité version business class


arton14340-982eb

La Cour de justice de la République a rendu ce lundi 19 décembre son jugement dans l’affaire de l’arbitrage Tapie : l’ancienne ministre de Nicolas Sarkozy et actuelle directrice du Fonds monétaire international, Christine Lagarde est reconnue coupable mais reste dispensée de peine et son casier judiciaire reste vierge (!). Véritable prouesse, voire un non-sens juridique, cette sentence est définitive car il n’est pas possible de faire appel. Elle ne fait que confirmer une justice d’exception à l’égard des hauts fonctionnaires. Lire la suite

Des moyens pour une effectivité universelle de la protection sociale

arton14277-a6aa1L’évolution de la protection sociale représente deux grandes tendances. Globalement, dans les pays dits développés, les mécanismes de protection sociale subissent un démantèlement structuré sous l’égide des politiques néolibérales et des mesures d’austérité. Alors que dans les pays dits en développement, des initiatives privées et publiques pour étendre la protection sociale se multiplient, bien que leur portée reste limitée. Lire la suite