Archives de Catégorie: ATTAC/COPERNIC /CADTM/CETIM

La dette n’est pas personnelle, elle est politique

Dans leur introduction Renaud Vivien et Pierre Gottiniaux parlent des familles réduites en esclavage pour dettes, des mort-e-s physiques et des mort-e-s sociaux, des ravages causés par les non-remboursements de crédits hypothéquaires…

En référence au mouvement Strike Debt, les auteurs soulignent que la dette est politique et ne doit pas être envisagée comme personnelle, qu’elle est un outil de contrôle des individu-e-s et des populations. Ils abordent, entre autres, le rôle des microcrédits et leur promotion par les grands organismes internationaux, la consommation financée par le crédit et non par la progression des salaires, le rôle de la publicité, les pénalités et les frais de dossiers des institutions financières, celles et ceux endetté-e-s pour défaut de paiement de factures et n’ayant signé aucun contrat de prêt…

Dettes et grands mouvements de résistance, socialisation des pertes financières des banques prêteuses au frais des contribuables… Lire la suite

Communiqué final du sixième congrès national d’ATTAC CADTM Maroc

Le sixième congrès national de l’association ATTAC CADTM Maroc, s’est tenu les 5, 6 et 7 mai 2017 à Casablanca, au siège du Parti socialiste unifié, sous le slogan : « Construire Attac Cadtm Maroc, une contribution à l’élaboration d’alternatives au capitalisme ».

Il s’est déroulé dans un grand enthousiasme. Les débats ont été approfondis et ont contribué à une compréhension perspicace de la situation internationale caractérisée par la crise du système capitaliste avec ses dimensions économiques, environnementales, et sociales, qui nourrit les guerres et le racisme, préjudiciable aux acquis des salarié-e-s et des couches populaires. Les congressistes ont également abordé les caractéristiques de la situation au Maroc et ont souligné sa forte dépendance et le contrôle accru des institutions financières internationales sur son économie et ses ressources. Le pays est également soumis au système de la dette et aux mécanismes du libre-échange qui sont les outils de la nouvelle domination coloniale. Les discussions sur la situation internationale et nationale ont fait ressortir les éléments suivants : Lire la suite

Au monde clos du TINA, opposer des alternatives déjà en germes…

Dans son avant-propos, avant-propos-et-sommaire-du-livre-dolivier-bonfond-il-faut-tuer-tina/, publié avec son aimable autorisation, Olivier Bonfond répond à une question lancinante, de sceptiques ou non, « Vous critiquez, vous critiquez, mais que proposez-vous concrètement ? ». Une question qu’il faut prendre à bras le corps, une question et ses cadavres sanglants du siècle écoulé, une question dont aucun mouvement d’émancipation radical ne peut faire l’économie.

Il ne s’agit certes pas de dessiner les lignes d’une utopie achevée, mais de proposer des mesures, immédiates ou non, qui permettent à la fois une amélioration sensible de la situation socio-économiques de la grande masse des producteurs/productrices et de la majorité des citoyen-ne-s et à la fois un cadre de mobilisation démocratique pour l’égalité et la liberté des toustes. Lire la suite

Debout contre les dettes privées illégitimes !

Le dernier numéro Les Autres Voix de Planète, revue du CADTM, vient de paraître !

Les membres et proches du réseau international du CADTM nous livrent ce trimestre leurs analyses et leurs expériences de luttes contre les dettes privées illégitimes (focus sur les dettes paysannes, dettes étudiantes, dettes hypothécaires, microcrédit)

Lire la suite

Comment appliquer des politiques antipopulaires d’austérité

L’OCDE fournit un vade mecum pour les gouvernants

Dans un document destiné aux gouvernants, Christian Morrisson, fonctionnaire de l’Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE) – voir encadré – prodigue, en 1996, ses recommandations1. C’est effarant. 

Le texte de Christian Morrisson se passe de longs commentaires. En voici des extraits (les intertitres sont de la rédaction). 

À la lecture, on se rend compte que ces recommandations sont effectivement appliquées à l’échelle de l’ensemble de la planète avec le soutien des grandes institutions internationales comme l’OCDE, le FMI, la Banque mondiale, la Banque centrale européenne, et la plupart des gouvernements. Lire la suite

La lutte contre la dette et le microcrédit s’organise en Asie du Sud

Les 3 et 4 mars 2017 s’est tenu l’Atelier du CADTM Asie du Sud à Dacca, au Bangladesh. Cette rencontre internationale a réuni des activistes, des journalistes et membres d’organisations venant du pays hôte, d’Inde et du Népal1 actifs contre les dettes publiques et privées, comme le micro-crédit, et contre les projets financés par les bailleurs de fonds qui détruisent l’environnement et les moyens de subsistance de la population.

Soulignons que le Bangladesh est l’une des principales victimes du réchauffement climatique. Les inondations, les cyclones et les tempêtes sont ici monnaie courante avec des conséquences terribles notamment pour les paysans. En zone urbaine aussi, les conditions de travail sont extrêmement difficiles. Rappelons l’effondrement de l’immeuble industriel Rana Plaza, le 24 avril 2013, qui avait provoqué la mort de 1138 ouvriers du textile (en grande majorité des femmes) et gravement blessé 2500 personnes. Depuis cette catastrophe, la situation sociale s’est très peu améliorée tandis que l’État continue à payer la dette rubis sur ongle, à mener des politiques alignées sur les prescriptions mortifères du FMI. C’est dans ce pays que Muhammad Yunus a créé la « fameuse » institution de micro-finance Grameen Bank. Le modèle du microcrédit s’est généralisé dans le pays, avec une pratique de taux d’intérêt réels autour de 35 % voire plus, provoquant bien sûr des situations de surendettement aux conséquences dramatiques. Lire la suite

Contre l’immixtion de la Banque mondiale dans le vote du projet de loi sur le foncier agricole au Mali

Le CADTM Afrique (Comité pour l’abolition des dettes illégitimes) constate et dénonce l’immixtion flagrante, illégale et antidémocratique de la Banque mondiale dans le vote du projet de loi sur le foncier agricole au Mali.

Une session extraordinaire qui se tient en ce moment à l’Assemblée nationale sur la réforme constitutionnelle et le projet de loi sur le foncier agricole. Nous avons contacté ce matin au téléphone un député qui soutient les organisations paysannes pour s’enquérir de la situation du vote du projet de loi. Il nous a informés qu’il y a une forte pression sur le gouvernement et sur les députés pour le vote dudit projet de loi. Lire la suite