Archives de Catégorie: Colonisation

Restaurer Faidherbe (et le colonialisme) ? Lettre ouverte à Martine Aubry

200 ans après la naissance de Louis Faidherbe (1818-2018) 

40 ans après le jumelage entre Lille et Saint-Louis (1978-2018)

Lettre ouverte à Martine Aubry

Maire de Lille

 

Madame,

À l’occasion du bicentenaire de la naissance de Louis Faidherbe, né à Lille le 3 juin 1818, votre équipe municipale a pris la décision de restaurer la statue équestre érigée en son honneur place Richebé, en surplomb de la place de la République.

La restauration de cette statue, à grands frais mais sans consultation des habitants, nous scandalise. Ignorez-vous qu’elle glorifie, en la personne de Louis Faidherbe (1818-1889), l’une des grandes figures du colonialisme français ? Lire la suite

Publicités

L’œuvre négative du colonialisme français en Kanaky : Une tentative de génocide par substitution

La date du référendum d’autodétermination de la Kanaky[1] est enfin fixée au 4 novembre 2018.  Ce référendum obtenu par les accords de Nouméa de 1998 a connu de nombreuses péripéties : conflit sur la composition du corps électoral avec l’exclusion de 25 000 électeurs kanak, conflit sur la formulation de la question posée avec la tentative d’imposer en implicite une élimination de la perspective d’une indépendance totale[2], nomination de Manuel Valls comme président d’une « mission d’information sur la Nouvelle-Calédonie » et déclarations publiques anti-indépendantistes de celui-ci, etc. L’histoire longue et récente de l’archipel souligne son importance économique et stratégique pour le colonialisme français. Celui-ci mettra tout en œuvre pour maintenir sa mainmise sur cette colonie de peuplement dans laquelle a été tentée une tentative de génocide par substitution.  Résumant l’attitude de l’Etat français devant le comité de décolonisation des Nations-Unies,  Roch Wamytan président du groupe UC-FLNKS et  nationalistes au congrès de Nouvelle-Calédonie déclare ainsi en mai 2015 : « sous couvert de démocratie, nous pouvons déceler des manœuvres d’un Etat tentant d’assurer sa domination tout en faisant bonne figure devant la communauté internationale[3]. » Lire la suite

Image

Commémoration du massacre d’Ouvéa

Qui veut (encore) célébrer le “père de l’impérialisme français” ?

Depuis la fin du XIXe siècle, Lille et le reste de la France célèbrent perpétuellement la mémoire du général Louis Faidherbe. Des rues et des lycées portent son nom. Des statues triomphales se dressent en son hommage au cœur de nos villes (zoomer sur la carte).

Il y a là, pourtant, un scandale insupportable. Car Faidherbe était un colonialiste forcené. Il a massacré des milliers d’Africains au XIXe siècle. Il fut l’acteur clé de la conquête du Sénégal. Il défendit toute sa vie les théories racistes les plus abjectes.

Si l’on considère que la colonisation est un crime contre l’humanité, il faut alors se rendre à l’évidence : celui que nos villes honorent quotidiennement est un criminel de haut rang. Lire la suite

Le bilan politique de l’Accord de Nouméa est un échec selon le R.I.N. 

Réunis en conférence de presse ce matin1 au Charley à la Vallée-du-Tir, les membres du Rassemblement des Indépendantistes et Nationalistes (R.I.N.) dressent son bilan politique de l’Accord de Nouméa (ADN) en affirmant que c’est un échec.

Pourquoi ce thème. « Lors du dernier Comité des signataires tenu à Paris le 2 novembre 2017, il a été convenu d’un bilan politique de l’ADN. Cela doit se faire par une actualisation du bilan réalisé en 2012. Au prochain Comité des signataires à Paris le 27 mars, il sera question à l’ordre du jour de ce bilan politique de l’ADN. Or, il semble que la société calédonienne et ses composantes, notamment le peuple kanak, n’ont pas été auditionnés pour ce bilan politique ». Le R.I.N. apporte donc son appréciation du bilan politique de l’ADN. Lire la suite

L’œuvre négative du colonialisme français à Mayotte : Un îlot de pauvreté dans un océan de misère

L’idée que le colonialisme est une affaire du passé est fréquente dans le débat médiatique et politique. Des polémiques peuvent surgir sur « l’œuvre positive » ou au contraire sur le caractère de « crime contre l’humanité » de ce colonialisme mais elles concernent des séquences historiques du passé. Le mouvement social qui secoue Mayotte depuis plus de quatre semaines rappelle que le colonialisme français est encore une réalité contemporaine.

Rappelons que sur les 17 « territoires non autonomes » c’est-à-dire que les Nations-Unies considèrent comme devant être décolonisés, deux (la Kanaky et la Polynésie) sont occupés par la France. L’île de Mayotte pour sa part est considérée comme partie intégrante des Comores par la résolution 3385 du 12 novembre 1975 de l’assemblée générale des Nations Unies qui énonce : « la nécessité de respecter l’unité et l’intégrité territoriale de l’archipel des Comores, composé des îles d’Anjouan, de la grande-Comore, de Mayotte et de Mohél »1. Lire la suite

Quelle Kanaky souveraine et indépendante ?

La situation en Nouvelle-Calédonie demeure, aujourd’hui, celle d’une domination coloniale. Pour ceux qui pensent qu’une « décolonisation douce » est possible par un processus électoral référendaire au sein de la République Française, ce qui est la stratégie négociatrice des accords Oudinot-Matignon de 1988 et de l’accord de Nouméa en 1998, la nomination de Manuel Valls et Christian Jacob à la tête d’une mission parlementaire sur l’avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie s’est traduite, dès le premier jour de leur mission, par une déclaration de Valls pour le maintien dans la République Française, contre toute idée d’indépendance. Le mouvement indépendantiste est donc confronté au sens réel des négociations avec le gouvernement français sur la question qui sera posée au référendum : soit le vote est centré sur la souveraineté indépendante, et cela pose la question du rassemblement du mouvement indépendantiste pour le OUI, soit il ne l’est pas et se pose alors la question d’un boycott, qui à l’heure actuelle divise entre organisations et au sein de chacune d’elle. Ce choix ne peut-être que celui des indépendantistes.

Ce texte tente de rassembler les éléments d’information qui permette un débat sur notre position de soutien, en fonction des décisions du mouvement indépendantiste, tout en affirmant notre histoire de lutte anticoloniale. Lire la suite