Archives de Catégorie: Maghreb

Accaparement des terres et de l’eau au Maroc

La question de l’accaparement des terres et de l’eau est devenue un problème lancinant qui affecte les communautés rurales et la petite paysannerie, pratiquement partout dans le monde. A cela plusieurs explications : l’avancée urbaine sur les terres rurales et la spéculationfoncière qui l’accompagne, la mise en œuvre de mega-projets touristiques, miniers, énergétiques, etc. et bien évidemment et surtout, le fait que l’agriculture est de moins en moins l’affaire des agriculteurs, grands ou petits, mais celle des investisseurs pour qui la terre et l’eau n’ont d’autre valeur que d’être une simple source de profit. Le Maroc n’échappe pas à ce fléau. Je voudrais ici en donner quelques exemples. Lire la suite

Publicités

Les atteintes aux droits de l’Homme au Maroc s’élargissent aux militants de la solidarité intermaghrébine

Le 17 octobre 2017 s’est ouvert à Casablanca le procès de 21 militants du Hirak du Rif. Dans un objectif d’observation et de solidarité, une délégation maghrébine à l’initiative du Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme (CRLDHT), du Forum Tunisien des Droits Économiques et Sociaux (FTDES), de l’Association Yaqadha (Vigilance pour la Démocratie et l’État civil), accompagnée par une délégation d’avocats tunisiens et par le Forum des Alternatives Maroc (FMAS), devait se rendre à Al Hoceima pour témoigner du soutien de la société civile tunisienne aux familles des prisonniers et des acteurs et actrices de la société civile sur place. Lire la suite

Invasion, annexion, construction d’un mur… Pour les droits des Sahraouis

Je commence par un détour. La langue française et le sexisme grammatical construit par l’académie. Ainsi Marie-Jo Fressard est la marraine de prisonniers politiques sahraouis. Et en tant que marraine, elle les parraine… (A paraître : Manuel de grammaire non sexiste : manuel-de-grammaire-non-sexiste/)

Des prisonniers politiques, une marraine, un long travail de soutien. L’auteure rappelle que « Le régime monarchique, qui affirme qu’il n’y a plus de prisonniers politiques au Maroc applique l’infaillible recette des dictateurs pour transformer un prisonnier politique en prisonnier de droit commun : une « bonne » torture pour faire avouer un des nombreux forfaits hautement sanctionnables : atteinte à la sacralité du monarque, à la famille royale, à l’intégrité territoriale, à la marocanité du Sahara, outrage au drapeau, caricature, utilisation des expressions Sahara « occidental », « colonisation », qui sont qualifiés d’atteinte à la sureté de l’Etat, etc. » Lire la suite

Maroc. « Le hirak est porté par des revendications sociales. L’amazighité, au-delà du culturel, est intégrée comme aspect de la marginalisation socio-économique »

Entretien avec Soraya El Kahlaoui

Un mouvement « historique » : c’est ainsi que Soraya El Kahlaoui, sociologue « engagée », documentariste et militante, définit le hirak, ce mouvement né fin octobre 2016 dans le Rif après la mort de Mouhcine Fikri, un vendeur de poisson écrasé par une benne à ordures [alors qu’il cherchait à récupérer le poisson qui y avait été jeté, au moment où il cherchait à la vendre].

Alors qu’il n’était au départ qu’une protestation contre la hogra (injustice), le mouvement s’est au fil des mois transformé en une plateforme de revendications contre la marginalisation dont s’estiment victimes les habitants de la région. Lire la suite

Maroc. Textile : « Cacher la blessure, le malaise, pour ne pas risquer le licenciement. Le permanent harcèlement sexuel hiérarchique »

Deux ouvrières dans la confection de textiles et chaussures nous racontent leur quotidien. Entre inhalation de colle et de poussière, interdiction d’aller aux toilettes et harcèlement sexuel, elles militent pour améliorer leurs conditions de travail. Lire la suite

Maroc. Analyse sociologique des agressions sexuelles : « Une femme est considérée comme une prostituée dans la rue »

Cet été, plusieurs vidéos d’agressions sexuelles sur des femmes dans l’espace public ont été diffusées. Y en a-t-il plus qu’avant, ou le phénomène est-il seulement plus relayé ? Comment cela renseigne-t-il sur l’évolution de la société marocaine ? Éléments de réponse par des sociologues et des féministes.

Dans la nuit du 20 au 21 août, une vidéo insoutenable se propage sur les réseaux sociaux. On y voit une jeune femme, Imane, 24 ans, subir une agression sexuelle en plein jour dans un bus. La victime, qui souffre de « troubles mentaux » selon la police, subit des attouchements par une horde de mineurs qui lui dénudent le haut de son corps, tentent de l’embrasser et lui pelotent les seins contre son gré. Lire la suite

Nous sommes tous des Rifains !

Alors qu’un mouvement populaire dans le nord du Maroc, qui se bat pour la justice sociale, la dignité et la liberté est durement réprimé, on ne peut qu’être révoltés par la complaisance du gouvernement français avec le régime de Mohamed VI. Lire la suite