Archives de Catégorie: France

Préface d’Annick Coupé à l’ouvrage de Fabienne Lauret : L’envers de Flins. Une féministe révolutionnaire à l’atelier

Avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse

Lorsque Fabienne Lauret m’a fait l’« honneur » de me proposer d’écrire la préface de son livre, j’ai tout de suite accepté. Pour deux raisons.

La première raison est que Fabienne et moi, nous sommes de la même génération : nous sommes toutes deux engagées dans les mouvements sociaux depuis longtemps et que son histoire devait nécessairement me parler. La seconde raison est qu’il n’y a pas eu (à ma connaissance) de livres de femmes établies en usine ; comme si cette question de l’établissement de militants d’extrême gauche dans les années 1970 n’avait concerné que des hommes ! Lire la suite

Publicités

Une toponymie qui tue

Extraits publiés avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse

Rues, boulevards, avenues, places et autres voies, sans oublier collèges, lycées, statues et monuments, sont autant de témoins muets, mais ô combien parlants, de l’histoire telle qu’on nous la raconte et nous l’impose. Une histoire qui, comme l’écrit Robert Aldrich (1996) « reste marquée par cette volonté d’inscrire l’action coloniale sur les rues et les places de Paris ».

Pour quiconque a fréquenté l’école publique des années 1950 et 1960, les toponymes parisiens font penser à ces manuels d’histoire, à la fois risibles et tragiques, que les élèves en blouse grise transportaient dans leurs cartables et ouvraient sur leurs pupitres pour ânonner l’histoire-légende de l’œuvre coloniale et s’en imprégner. Des images d’Épinal à l’innocence trompeuse. Lire la suite

Jean-Pierre Cosse : L’imposture d’Alain Juppé, lors du génocide des Tutsi du Rwanda (1993-1994)

La crise rwandaise a des racines historiques. Dans les années trente, la colonisation belge et l’Eglise catholique séparèrent les Hutu et les Tutsi, deux groupes sociaux qui parlaient la même langue, partageaient la même culture. Ils fabriquèrent l’idéologie ethniste en attribuant à la petite aristocratie tutsi des qualités et des fonctions supérieures et en provoquant un complexe d’infériorité chez les Hutu. La mention ethnique fut inscrite sur la carte d’identité. Lire la suite

Renverser la honte et la culpabilité

« Cette année, environ 220 000 femmes auront été victimes de violences physiques et/ou sexuelles de la part de leur conjoint, et environ 140 seront mortes sous les coups »

« En France, les statistiques officielles annoncent qu’une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son conjoint et deux enfants par jour meurent à la suite de maltraitances »

« Les rares estimations qui ont été faites, par l’Unicef notamment, prédisent que 1 fille sur 8 et 1 garçon sur 10 seront victimes d’agressions sexuelles avant l’âge de 18 ans, tandis qu’une étude canadienne (probablement plus proche de la réalité à mon avis) fait état d’1 fille sur 5 et d’1 garçon sur 7 avant l’âge de 15 ans ! Sur une classe d’une trentaine d’élèves, cela signifie qu’en moyenne, 4 ou 5 gosses vont y passer ! Cela mérite peut-être qu’on se penche sur la question ? »

Trois citations et un regard lucide sur des violences systémiques. Lire la suite

Appel à manifester le 6 janvier en mémoire des 3 militantes kurdes assassinées il y a 5 ans à Paris

Mercredi 9 janvier 2013, les militantes kurdes Sakine Cansiz, Fidan Dogan (Rojbîn) et Leyla Saylemez étaient froidement exécutées d’une balle dans la tête, dans les locaux du Centre d’Information du Kurdistan, situés au 147 rue La Fayette, à Paris. Lire la suite

L’indépendance du Conseil national du numérique n’est pas négociable

Le 11 décembre 2017, le Conseil national du numérique (CNNum), alors présidé par Marie Ekeland, annonçait la liste de ses membres. Parmi les personnes désignées pour cette mission bénévole, figure Rokhaya Diallo, journaliste et militante féministe intersectionnelle. Lire la suite

Are these the ten ‘most shameful’ street names in Paris?

Scores of Paris streets, avenues and squares should have their names changed immediately, the authors of a new book claim, because they honour men who have played a less than positive role in France’s colonial past. Lire la suite