Archives de Catégorie: France

« Marine le Pen présidente ? Non ! Un sursaut s’impose ! »

Le Front national peut encore gagner l’élection présidentielle. Nous l’empêcherons de toutes nos forces. Son arrivée au pouvoir ferait courir un grave danger aux libertés. Car la Cinquième République donne des pouvoirs considérables au président. Malgré ses paroles trompeuses, Marine Le Pen propose une société où les privilèges des puissants sont préservés. Son projet xénophobe et raciste de « préférence nationale » détruirait les solidarités pour toutes celles et ceux qui vivent sur notre territoire. L’inégalité entre les êtres humains deviendrait la règle. Cela renforcerait la propagation de l’ultranationalisme violent en Europe.  Lire la suite

Présidentielles – Front National : Trois déclarations : FSU – Solidaires – CGT

Élections présidentielles : pas une voix pour le Front national !

Les résultats du premier tour de l’élection présidentielle indiquent que la représentante du Front national est qualifiée pour le second tour.

La FSU considère avec une extrême gravité la montée de l’extrême droite dans notre pays. Lire la suite

Sortir la dette des marchés financiers

« Les candidats face au fardeau de la dette publique » titrait Le Monde (dimanche 12 et lundi 13 mars 2017). C’est ainsi que la pensée dominante voit la dette publique, comme un fardeau, et le quotidien du soir de s’alarmer du niveau de la dette publique française1 – 97,5 % du PIB au troisième trimestre 2016 – et de dicter ses consignes au futur président de la République qui « devra d’abord rassurer les investisseurs et surtout nos partenaires de la zone euro sur sa volonté de respecter les règles budgétaires communes ». Face à ce discours qui justifie la mise en œuvre généralisée de plans d’austérité au nom de l’ampleur de la dette et des déficits publics, sa déconstruction et la mise en avant de solutions alternatives sont des éléments clefs de l’agencement des rapports de forces. Lire la suite

L’AUTRE 8 MAI 1945 : Pour la reconnaissance par le Président de la République du crime d’Etat en Algérie (Sétif, Guelma, Kherrata)

Lire la suite

Misère de l’antiracisme institutionnel

Par un hasard singulier du calendrier, la Marche pour la justice et la dignité, contre les violences policières, le racisme, la hogra et la chasse aux migrants, du 19 mars dernier, a coïncidé avec le lancement de la semaine d’éducation et d’actions contre le racisme et l’antisémitisme mise en place par le ministère de l’Education nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche. Lire la suite

La Nuit des Longs Couteaux

(Siège des Éditions L’Empoignade – 25, rue des Coupe-gorge – Paris 5° – 17 Avril 2017)

L’éminent politologue et historien René Rémond, auteur de l’ouvrage de référence en France et à l’étranger, Les Droites en France, trop tôt arraché en 2007 à l’affection de ses proches et de ses étudiants, a bien voulu revenir vers nous pour nous dévoiler les bonnes feuilles de sa prochaine parution, La Nuit des Longs CouteauxLa Nuit des Longs Couteaux, en parution dans les prochains jours aux Éditions L’Empoignade, et consacré à la nuit de meurtres du 23 Avril 2017, véritable nuit de terreur médiévale à l’abbaye de Solesmes, proche de Sablé-sur-Sarthe. Lire la suite

Cornichons et autoreproduction de la caste de haute hiérarchie militaire

L’auteure met d’emblée les pieds dans le plat : lorsqu’elle entame sa recherche sur l’institution militaire1, elle ne rencontre que désintérêt et sarcasmes de la part de ses collègues de l’Université : « En dehors d’un léger [c’est moi qui souligne] réflexe antimilitariste, le terrain militaire n’inspirait plus grand-chose aux intellectuels académiques ou critiques que je fréquentais. Si les uns et les autres avaient pu déployer une certaine énergie, quelques décennies auparavant pour éviter [c’est encore moi qui souligne] le service militaire […], ils ne semblaient pas avoir conservé grand-chose des critiques féroces que leurs aînés avaient, en leur temps, forgés contre la guerre d’Algérie et la conscription. » On devine derrière cette ironie que l’« antimilitarisme » évoqué n’est qu’une posture pour les dîners en ville où l’on raille à bon compte les militaires (les propos sont « plus volontiers moqueurs qu’assassins », note l’auteure), tout en laissant le soin aux « autres » – c’est-à-dire aux classes populaires – le soin de payer l’impôt du sang (la conscription hier) et le cens du sang (l’engagement aujourd’hui). Lire la suite