Un(e) député(e) pour porter Kanaky ?

lvdk-n-31-mai-juin-2022

Kanaky n’a jamais été aussi forte, et Kanaky n’a jamais été aussi menacée !
D’un côté la quasi unanimité des Kanak pour l’indépendance n’a jamais été aussi grande, ainsi que l’adhésion d’autres citoyens à cette volonté farouche de liberté, qu’ont déjà obtenue tous nos voisins.
De l’autre côté, l’État prétendument neutre a dû, devant le péril d’indépendance imminente, manœuvrer sans scrupules pour en éviter le verdict, avec l’aide de droites locales divisées et souvent haineuses, arc-boutées sur leurs privilèges. Alors, encore et toujours, il nous faut préparer l’avenir et rester unis sur plusieurs fronts :
Continuer à lire … « Un(e) député(e) pour porter Kanaky ? »

« L’affaire Colonna, la goutte qui fait déborder un vase que beaucoup de jeunes corses veulent renverser »

Yvan Colonna, prisonnier politique corse condamné à perpétuité, non sans points troubles, pour l’assassinat du préfet Erignac dans le cadre du mouvement nationaliste en 1998, est dans le coma après son agression par un codétenu à la prison d’Arles [il est décédé]. Depuis un mouvement populaire de grande ampleur secoue la Corse. La population dans sa grande majorité tient l’Etat pour responsable. Les annonces du gouvernement sur la levée du statut de Détenu Particulièrement Surveillé (qui empêche le rapatriement des prisonniers en Corse ) de l’ensemble du présumé commando qui serait responsable de la mort d’Erignac ont été jugées largement insuffisantes par une jeunesse fer de lance de la lutte. Tous les jours depuis plus d’une semaine s’enchaînent blocages de lycées, d’universités, manifestations, émeutes. L’affaire Colonna est la goutte qui fait déborder un vase que la jeunesse corse veut renverser, alors que les conditions de vie sur l’île sont dures pour beaucoup. L’Etat français promeut un modèle économique qui n’est pas au service du peuple corse, piétine les aspirations démocratiques, néglige la volonté de faire vivre une culture. Le Poing s’est entretenu avec Desideriu, un des porte-parole d’A Manca, « la gauche » en français, qui fait vivre en Corse un projet de socialisme autogestionnaire tout en apportant sa pierre au mouvement national. Continuer à lire … « « L’affaire Colonna, la goutte qui fait déborder un vase que beaucoup de jeunes corses veulent renverser » »

Kanaky : Indépendance : Seule sa forme est négociable !

lvdk-n-30-mars-avril-2022

Le temps semble comme suspendu en ces mois « intermédiaires », à la fois « post- » et « pré- » divers évènements importants.

Post consultations inachevées, post domination politique des droites dans le pays que l’on gouverne enfin pour redresser la barre, post Covid 19 version Omicron, bientôt post gouvernement Castex & Lecornu, mais pas encore post … Accord de Nouméa, toujours dans la Constitution de la 5ème République et dont nous suivons toujours les règles !

Pré élection d’un nouveau président français et de deux députés ici, pré affrontements avec la droite qui vise à faire tomber le Congrès et le gouvernement, pré commentaires de l’ONU sur notre décolonisation inscrite, et surtout pré « référendum de projet » en 2023 dont nul ne sait si le concept survivra aux élections en cours !

Mais le passé récent reste imprimé en chacun de nous, avec une conclusion évidente et déterminée pour l’avenir, qu’une partie de nos adversaires semble mal évaluer :

Concernant l’INDÉPENDANCE, SEULE SA FORME EST NÉGOCIABLE ! Continuer à lire … « Kanaky : Indépendance : Seule sa forme est négociable ! »

Lettre d’A Manca (Corsica)

Camarades,

Pendant que toute l’attention médiatique est focalisée sur la guerre en Ukraine, ce que nous pouvons comprendre, nous constatons un black-out sur la situation politique en Corse, dont les événements graves qui s’y déroulent actuellement.

La ligne des gouvernements Hollande et Macron sur la question nationale corse se résume à une négation du fait démocratique et à une tentative de liquidation par le pourrissement de la situation, et ce depuis 2015.

Cela fait 7 années que la direction majoritaire du Mouvement National d’essence réformiste et/ou libérale se heurte à des refus systématiques sur toutes les questions (Statut d’Autonomie, Langue Corse, Prisonniers politiques). Même les 70% de suffrages obtenus lors des dernières élections territoriales n’y changent rien. Continuer à lire … « Lettre d’A Manca (Corsica) »

Rien ne se fera sans nous !

lvdk-n-29-janv-fev-2022

Tout d’abord, nous adressons nos meilleurs vœux à tous les lecteurs et en général à la population citoyenne comme résidente, pour cette année 2022 quelque peu insolite.

Perplexité, frustration, ressentiment, énervement, et finalement détermination : les adjectifs sur notre ressenti, à l’issue de ce long suspense à rebonds de la troisième consultation sont nombreux !

Nous sommes perplexes parce que cette situation d’entre deux sans solution est un non-sens.

Nous sommes frustrés car nous avions compris qu’avec un vote sans Covid en 2021, mais plus encore à la date normale en 2022, alors nous avions toutes nos chances d’être enfin libres. Continuer à lire … « Rien ne se fera sans nous ! »

Au fil des états d’urgence

etats_d_urgence-782ea

Léopold Lambert est architecte de formation et rédacteur en chef de la revue The Funambulist, consacrée aux « politiques de l’espace et des corps ». Il a publié en avril 2021 le livre États d’urgence, une histoire spatiale du continuum colonial français. Par une approche originale, il tisse les liens temporels et spatiaux du colonialisme de l’Algérie à la Kanaky Nouvelle Calédonie en passant par les quartiers populaires et Ma’ohi Nui [1].

Le titre de l’ouvrage est trompeur car si l’état d’urgence sert bien de fil conducteur, il s’agit surtout d’un révélateur des politiques coloniales déployées par la France en différents lieux et époques. L’auteur insiste d’ailleurs pour ne pas focaliser l’attention sur cette seule loi, trop souvent présentée comme constitutive d’un régime d’exception. Parce que la plupart de ses articles, depuis Macron, sont passés dans le droit commun, ou que les « pouvoirs spéciaux » pendant la guerre d’Algérie l’ont parfois dépassée, certes. Mais surtout parce que de l’Empire aux quartiers populaires, les peuples colonisés ou leurs descendants connaissent la violence au quotidien, sans qu’aucune loi ne le prévoie. On y lit plusieurs fois les propos de Jean-Marie Tjibaou qui résume cette idée : « en ce qui nous concerne, cela fait 130 ans que nous subissons l’état d’urgence ». Continuer à lire … « Au fil des états d’urgence »

Moi, française anticolonialiste, je ne suis pas fière ce soir (plus autres textes)

  • Isabelle Leblic : Moi, française anticolonialiste, je ne suis pas fière ce soir 
  • Kanaky : et maintenant ? 
  • CGT : Le colonialisme triomphe, la liberté en berne !
  • Kanaky : Sur les résultats de la 3e consultation du 12.12.2021
  • Daniel Guerrier : Nouvelle-Calédonie : les colons veulent rester colons. Quel scoop !
  • Déclaration des poètes considérant la Kanaky
  • Quatre experts électoraux des Nations Unies ont rencontré l’exécutif du Bureau confédéral de l’USTKE
  • Vaimu’a Muliav’a : lettre ouverte à Emmanuel Macron


Moi, citoyenne française anticolonialiste, je ne suis pas fière ce soir

L’allocution du président de la république française ce soir, à propos du référendum « tronqué* » qui vient de se dérouler, me remplit de honte.

(* dixit un jeune issu d’une union mixte caldoche-kanak qui expliquait sur NC1e pourquoi il n’irait pas voter)

Le non l’a emporté ! quelle surprise !!! Même les sondages pour une fois ne se seraient pas trompés. Mais il n’y en a pas eus. Pas la peine, le résultat était connu…

En effet, la victoire du non quand seuls les partisans du non ont participé, quelle victoire ! Plus de 56% d’abstention, moins de 44% de participation dans les résultats encore provisoires… 80 938 votants se sont exprimés, 78 517 pour le non et quelques 2 755 oui.

Il n’y a vraiment pas de quoi crier victoire comme le font les Loyalistes et Macron ce soir. C’est un résultat digne d’une république bananière. Continuer à lire … « Moi, française anticolonialiste, je ne suis pas fière ce soir (plus autres textes) »

Lettre ouverte du peuple Kanak au peuple de France (plus autres textes)

  • Lettre ouverte du peuple Kanak au peuple de France
  • Alain Castan : Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky – Nouvelle Calédonie ?
  • La France en Nouvelle-Calédonie : Eviter l’indépendance, quoi qu’il en coûte ?
  • Respectez le droit inaliénable du peuple kanak à l’autodétermination !
  • Solidaires : Kanaky, quel avenir après le coup de force colonial

Nouméa, le 23 novembre 2021

Chères Françaises, chers Français,

Vendredi 12 novembre 2021, le Haut-Commissaire de la République a annoncé la décision du gouvernement français de maintenir la date du 12 décembre 2021 pour la troisième et ultime consultation référendaire de l’accord de Nouméa sur l’avenir de la Nouvelle-Calédonie.

Cette décision a été prise par le gouvernement en toute conscience des implications et des conséquences délétères qu’une telle décision ne manquera pas d’avoir.

Cette décision a été prise par le gouvernement alors même que les représentants politiques et coutumiers du peuple kanak avaient explicitement demandé son report pour cause de deuil.

Dire que nous sommes surpris serait mentir. Nous nous y attendions. Mais comme toujours nous espérions. Nous espérions que le gouvernement français malgré 168 ans de colonisation saurait pour une fois faire preuve d’humanité, de compassion, d’intelligence, de respect, de bon sens. Nous espérions que le gouvernement français agirait dans l’esprit de consensus de l’Accord de Nouméa, dans l’esprit de son préambule. Nous espérions… et nous avions tort.

Des questions viennent à l’esprit, auxquelles il va nous falloir absolument répondre dans les prochaines semaines, mais sans nous tromper cette fois, sans nous faire d’illusions sur l’humanité de l’État français et de son gouvernement. Des questions à nous-mêmes, au gouvernement français, au peuple de France et à ses élus. Des questions aussi à tous ceux qui vivent dans ce pays, disent l’aimer et vouloir le construire. Continuer à lire … « Lettre ouverte du peuple Kanak au peuple de France (plus autres textes) »

Guadeloupe : Communiqués de Solidaires et de la CGT (plus entretien avec Élie Domota)

arton5017.jpg

Soutien et solidarité avec les Guadeloupéen.ne.s 

La Guadeloupe est touchée par une crise sociale majeure. Le gouvernement veut réduire la mobilisation à un  simple mouvement contre la vaccination. C’est camoufler la profondeur de la crise et les revendications au cœur de l’explosion sociale (voir ci-dessous). Pour l’Union syndicale Solidaires, le vaccin est un outil efficace pour lutter contre le COVID-19. Mais l’imposer est encore moins possible dans un contexte local de méfiance accru envers  l’Etat, en raison des  mensonges et violences multiples contre la population de l’île, en particulier avec le chlordécone.

Le gouvernement, comme aux pires heures coloniales, entend répondre par la force et la violence pour écraser la contestation. Ce ne sera en rien une solution. L’urgence est à la mise en place de moyens et d’investissements massifs pour les services publics, en particulier de santé et d’éducation, à l’arrêt des mesures anti-sociales, à la prise en compte de la plateforme-revendicative unitaire.

L’Union syndicale Solidaires apporte son soutien aux Guadeloupén.ne.s. Le gouvernement doit ouvrir immédiatement des négociations avec les organisations syndicales sur la base des revendications portées. Continuer à lire … « Guadeloupe : Communiqués de Solidaires et de la CGT (plus entretien avec Élie Domota) »

Pour le report du référendum du 12 décembre

Le mouvement des jeunes kanak en France (MJKF), l’association Information et soutien aux droits du peuple kanak (AISDPK) et le Collectif Solidarité Kanak ont lancé un appel signé aujourd’hui par 157 personnalités pour le report du référendum du 12 décembre. Si vous souhaitez signer, faites-nous le savoir.

Le gouvernement français affirme maintenir au 12 décembre 2021 la consultation référendaire portant sur l’avenir de la Nouvelle-Calédonie. Cela en dépit des appels de l’ensemble des organisations politiques, syndicales et associatives représentant le peuple kanak, à reporter cette consultation à l’automne 2022, ainsi que de leur annonce d’une non-participation au cas où ce troisième référendum serait maintenu en décembre 2021 ; en dépit également des appels d’organisations de la région océanienne et française témoignant de leur soutien au report. Continuer à lire … « Pour le report du référendum du 12 décembre »

Déclaration du Palima sur l’impasse sanitaire en Martinique (plus communiqué intersyndicale 30/11/2021)

Depuis plusieurs jours, des troubles sociaux graves se déroulent en Guadeloupe. 

Les longs mois de lutte du peuple guadeloupéen contre le pass sanitaire et l’obligation vaccinale, la misère et le chômage des jeunes, ont laissé dans la plus parfaite indifférence un gouvernement français autoritaire, cynique et immature. C’est ce comportement irresponsable de l’Etat français et le refus affiché d’entamer avec le mouvement social en cours un dialogue respectueux, à la hauteur des enjeux posés, qui expliquent l’explosion de violence actuelle. L’envoi sur le sol guadeloupéen de gardes mobiles et des corps d’élite du GIGN et du RAID ne fera qu’envenimer une situation déjà hors de contrôle. La seule issue possible à cette crise est dans l’ouverture immédiate de négociations avec les forces sociales.

Le même scénario se dessine en Martinique. 

La large mobilisation entamée contre la loi du 5 août sur l’extension du pass sanitaire et l’obligation vaccinale n’a, à ce jour, abouti qu’à une caricature de médiation repoussant au 30 décembre la date limite du schéma vaccinal complet pour des milliers de professionnel.le.s menacé.e.s d’être privé.e.s de leurs salaires en cas de refus de se faire vacciner. Face à cette impasse, une grève générale regroupant les grandes centrales et une vingtaine de syndicats a été lancée ce lundi 22 novembre.

Comme en Guadeloupe, les principales institutions politiques de Martinique se singularisent par leur silence et leur immobilisme sur ce dossier. Il risque d’être trop tard demain. Continuer à lire … « Déclaration du Palima sur l’impasse sanitaire en Martinique (plus communiqué intersyndicale 30/11/2021) »

Des colonisé es en lutte pour leur indépendance

arton6015

Dans le cadre du soutien à la lutte de décolonisation de la Kanaky Nouvelle Calédonie, et à l’approche d’un troisième référendum d’auto-détermination dont le maintien au 12 décembre est dénoncé par les indépendantistes en raison de la situation sanitaire sur place, cette brochure cherche à fournir quelques repères sur l’histoire et la société de ce pays ainsi que sur les luttes indépendantistes. Pourquoi est-il juste de parler de « colonie » pour désigner la Nouvelle Calédonie ? Nous espérons que cette contribution permettra d’outiller le soutien en France et au-delà à la lutte du peuple Kanak. Continuer à lire … « Des colonisé es en lutte pour leur indépendance »

FLNKS : Communique de presse (plus autres textes)

Koné, le 20 octobre 2021

Le Bureau Politique du FLNKS réuni en visioconférence le mardi 19 octobre 2021 a entendu les rapports et les analyses de ses composantes à la suite de leurs entretiens avec le ministre de l’Outre-mer, M. Sébastien LECORNU.

Le Bureau Politique du FLNKS a également pris acte des interventions médiatiques du ministre, argumentant la décision de l’Etat de maintenir coute que coute la tenue de la 3e et ultime consultation référendaire au 12 décembre 2021.

Le Bureau Politique du FLNKS constate que le gouvernement français s’entête à vouloir faire primer la campagne présidentielle dans le seul but de solder l’Accord de Nouméa sous son quinquennat au détriment de la consultation sur l’avenir de la Nouvelle Calédonie. Continuer à lire … « FLNKS : Communique de presse (plus autres textes) »

Non à la criminalisation des militants indépendantistes en Kanaky Nouvelle-Calédonie

Réunies ce jour à Paris, les associations de solidarité avec le combat du peuple kanak en France ont décidé de lancer un appel aux organisations démocratiques, aux syndicats et aux associations pour dénoncer la justice coloniale en Nouvelle Calédonie et exiger l’abandon des poursuites à l’encontre des militants kanak. Continuer à lire … « Non à la criminalisation des militants indépendantistes en Kanaky Nouvelle-Calédonie »

Patrick Chamoiseau : CONTRE LES STATUES : LES TRACES-MÉMOIRES

Nos monuments demeurent comme des douleurs.

Ils témoignent de douleurs.

Ils conservent des douleurs.

Ce sont le plus souvent des édifices produits par la trajectoire coloniale : forts, églises, chapelles, moulins, cachots, bâtiments d’exploitation de l’activité esclavagiste sucrière, structures d’implantation militaire… Les statues et les plaques de marbre célèbrent découvreurs et conquistadores, gouverneurs et grands administrateurs. En Guyane, comme aux Antilles, ces édifices ne suscitent pas d’écho affectif particulier ; s’ils témoignent des colons européens, ils ne témoignent pas des autres populations (Amérindiennes, esclaves africains, immigrants hindous, syro-libanais, chinois…) qui, précipitées sur ces terres coloniales, ont dû trouver moyen, d’abord de survivre, puis de vivre ensemble, jusqu’à produire une entité culturelle et identitaire originale. Continuer à lire … « Patrick Chamoiseau : CONTRE LES STATUES : LES TRACES-MÉMOIRES »

Le RIN réaffirme l’inscription automatique et sans condition des kanak sur la liste référendaire de 2018

Le RIN réaffirme sa demande, celle d’inscrire automatiquement et sans condition de tous les kanak sur la liste référendaire de 2018. Les indépendantistes et nationalistes annoncent aussi qu’ils seront sur le terrain pour informer les populations de leur démarche. Continuer à lire … « Le RIN réaffirme l’inscription automatique et sans condition des kanak sur la liste référendaire de 2018 »

Pas de consensus sur la revendication légitime d’inscription des kanak sur la liste référendaire

Réunis en conférence de presse le jeudi 10 novembre 2016, les membres du Rassemblement des Indépendantistes et Nationalistes (R.I.N.) ont réagi sur le relevé de conclusions du dernier Comité des signataires qui s’est tenu à Paris en début de semaine. Positions. 

En ouverture de la conférence de presse, Sylvain Pabouty rappelle la revendication du R.I.N. : « l’inscription automatique des kanak et sans condition sur la liste référendaire, la marche du 26 octobre » qui a rassemblé entre 5 à 6 000 personnes dans les rues Nouméa, et «  le contexte avec les prises de positions des uns et des autres » sur ce sujet.  « On espérait qu’ils examinent notre revendication et se positionnent là-dessus », ajoute-t-il. Ce souhait a été entendu à Paris puisque le sujet a été largement débattu entre les politiques. Continuer à lire … « Pas de consensus sur la revendication légitime d’inscription des kanak sur la liste référendaire »

Communiqué de presse du Rassemblement des Indépendantistes et Nationalistes (R.I.N.)

Suite à la forte mobilisation du 26 octobre dernier sur l’inscription automatique et sans condition des Kanak sur la liste de consultation en 2018, le RIN (Rassemblement des Indépendantistes et Nationalistes) remercie les militants qui se sont déplacés de tout le pays pour répondre massivement à l’appel sur Nouméa et également celles et ceux qui se sont mobilisés sur Drehu et Nengoné. Continuer à lire … « Communiqué de presse du Rassemblement des Indépendantistes et Nationalistes (R.I.N.) »