Archives de Catégorie: Politique

Des honnêtes hommes, Trotski/Dewey

La fin et les moyens : d’une discussion à une présentation. Marxisme et Pragmatisme.

Dans ces années 1930, marquées à la fois par la crise systémique profonde du capitalisme et par l’installation du stalinisme – surtout après 1934, date de l’assassinat de Kirov prétendant à la direction de l’URSS à la place de Staline -, s’instaurait une sorte de nouvelle morale. Elle allait servir de justification à la fois aux procès de Moscou – 1936-37 -, aux capitalistes et aux fascismes en se résumant dans la formule « la fin justifie les moyens ». Pour Staline, réfutant toute dimension internationale à la Révolution et prônant contre toute la tradition marxiste le « socialisme dans un seul pays », le rôle des Partis Communistes se résumait dans la défense de la patrie du socialisme, cette morale servait de paravent à la contre révolution politique de l’URSS. Tous les moyens étaient bons s’ils permettaient de défendre l’URSS, le pouvoir de la bureaucratie stalinienne. Ces moyens allaient de la politique « classe contre classe » dénonçant les sociaux-fascistes suivie de la politique dite des « Front populaire » d’alliance avec des partis de la bourgeoisie et, enfin – pour cette période – le pacte Germano-soviétique de 1939. De quoi donner le tournis… Lire la suite

Des vases communicants

Je n’ai pas les compétences pour aborder l’ensemble des analyses. Je me limite donc à certains points. Tout en signalant que j’ai relu avec grand plaisir des brides de textes et de poèmes, mes premières lectures étant maintenant lointaines, le temps ayant gommé bien des perceptions. Reste cependant une emprise « poétique »… Lire la suite

Faire de nouveau danser des rapports figés

v_9782718600314Il ne s’agit pas d’un exposé systématique sur l’Ecole de Francfort. Le propos de cet ouvrage est limité. Comme l’indique Jean-Marie Vincent : « Il s’agit de reconstruire le mouvement profond qui anima le travail des fondateurs du courant et de montrer les problèmes auxquels ils furent confrontés sans s’étendre sur le détail ». Lire la suite

Michèle Riot-Sarcey en ouverture des XXXe Rencontres de Petrarque

 

Leçon inaugurale prononcée le 11 juillet par l’historienne Michèle Riot-Sarcey, lauréate du Prix Pétrarque de l’Essai France Culture-Le Monde 2016 pour son livre « Le procès de la liberté, Une histoire souterraine du XIXe siècle » publié aux Editions La Découverte.

http://www.franceculture.fr/emissions/les-rencontres-de-petrarque/debattre-30-ans-de-debats-qui-ont-marque-la-france

.

Voir note de lecture : linsurrection-ouvre-le-devenir-social-vers-un-possible-inimaginable-jusqualors/ et entretien publié avec l’aimable autorisation de l’auteure
 et de la ContreTemps : la-reference-au-passe-est-le-moteur-de-lhistoire/.

Je ne veux pas bruler, je ne veux pas bruler !

Vous qui vivez en toute quiétude

Bien au chaud dans vos maisons,

Vous qui trouvez le soir en rentrant

La table mise et des visages amis,

Considérez si c’est un homme

Que celui qui peine dans la boue,

Qui ne connaît pas de repos,

Qui se bat pour un quignon de pain,

Qui meurt pour un oui pour un non.

Considérez si c’est une femme

Que celle qui a perdu son nom et ses cheveux

Et jusqu’à la force de se souvenir,

Les yeux vides et le sein froid

Comme une grenouille en hiver.

N’oubliez pas que cela fut,

Non, ne l’oubliez pas :

Gravez ces mots dans votre cœur.

Pensez-y chez vous, dans la rue,

En vous couchant, en vous levant ;

Répétez-les à vos enfants.

Ou que votre maison s’écroule,

Que la maladie vous accable,

Que vos enfants se détournent de vous.

Turin, janvier 1947, Primo Levi

SarahHelm_SiCestUneFemmeJe reprends le texte de Primo Levi dont l’auteure a placé un extrait en entrée de son livre.

« Ravensbrück était le seul camp nazi construit pour les femmes ». Aujourd’hui, un camp « hors de vue », des crimes mis en oubli et le courage des victimes largement ignoré… Lire la suite

Enquête nationale sur la bisexualité 2015

rapport_bisexualite_2015Cette enquête nationale sur la bisexualité est née d’un constat commun à nos quatre associations (SOS homophobie, Act Up-Paris, Bi’Cause et le MAG Jeunes LGBT) : les personnes bisexuelles sont invisibilisées dans la société, parfois même dans les milieux LGBT, et les violences spécifiques qu’ils et elles subissent sont méconnues. Leur orientation sexuelle est souvent vue comme un effet de mode, un état intermédiaire sur lequel il n’est pas nécessaire de s’attarder. Il en résulte une difficulté à définir précisément la biphobie : en quoi se différencie-t-elle de l’homophobie ? Quels sont les préjugés qui entourent encore la bisexualité en 2015 ? Ces questions sont d’autant plus difficiles à démêler que peu d’écrits existent sur le vécu bisexuel, que les témoignages de biphobie sur le réseau d’écoute de SOS homophobie sont rares (seulement 27 signalements en 2014) et que la question est peu, si ce n’est pas du tout, traitée dans les médias. Il nous a alors semblé urgent d’avoir des données pour comprendre, analyser et dénoncer.

Au printemps 2012, nous avons élaboré ce questionnaire d’enquête. Nous avons choisi d’axer les questions sur la perception des comportements réels ou supposés des personnes bisexuelles et sur leur visibilité dans la société. Il nous semblait encore prématuré, en l’absence d’une définition plus précise, de réaliser une enquête uniquement sur la biphobie. L’angle, plus large, permet d’évaluer les stéréotypes et préjugés attachés au simple terme de « bisexualité » (« double ») et ce, avant même qu’il ne devienne une réalité tangible pour les enquêté-e-s. Nous avons volontairement choisi de demander l’orientation sexuelle des répondant-e-s. En effet, la bisexualité semble catalyser de nombreuses craintes tant du côté des hétérosexuel-le-s que des gays et lesbiennes, et nous voulions savoir si elles étaient similaires pour les deux. De même, le genre nous paraissait être une donnée importante pour l’analyse des résultats : si la bisexualité masculine est souvent mal perçue, celle féminine ne fait-elle pas partie intégrante de l’imaginaire pornographique hétérosexuel ?

Enfin, nous espérions qu’au-delà de pouvoir recueillir des données inédites sur la perception de la bisexualité, cette enquête permette de visibiliser cette orientation sexuelle et par là-même de pousser les gens à s’interroger sur la conception binaire de l’orientation sexuelle et du genre dans la société.

Télécharger le Document : rapport_bisexualite_2015

Regarder avec l’attention de la connaissance

9782707188601

La sociologie. « En rendant visibles les régularités collectives ou les habitudes dont les individus ne sont pas toujours conscients, en mettant en lumière des structures, des mécanismes ou des processus sociaux qui sont rarement le produit de la volonté des individus tout en les traversant en permanence de manière intime, elle a infligé à l’humanité une quatrième blessure narcissique »

Dans son introduction, Bernard Lahire souligne, entre autres, que « l’individu n’est pas une entité close sur elle même », la réalité des dissymétries ou des inégalités, les rapports de domination et d’exploitation, les exercices de pouvoirs ou les processus de stigmatisation… Il parle de ceux qui ont intérêt à faire passer les vessies pour des lanternes « des rapports de forces et des inégalités historiques pour des états de fait naturels, et des situations de domination pour des réalités librement consenties ». Lire la suite