Archives de Catégorie: Politique

La mutation des villes et des politiques urbaines

Résumé

  1. La situation actuelle est caractérisée par une rupture dans l’évolution urbaine.

  2. A chaque modèle de développement correspond un modèle urbain ; à chaque politique de développement correspond une politique urbaine.

  3. La situation urbaine est la projection au sol des grandes contradictions du système-monde.

  4. L’armature urbaine mondiale est caractérisée par la métropolisation.

  5. La base productive des villes est en mutation.

  6. La question du logement ne se différencie pas de la question urbaine.

  7. L’espace des acteurs de la transformation urbaine se réorganise.

  8. Les politiques urbaines alternatives peuvent partir des politiques locales.

  9. Le débat sur la ville et le logement se développe à l’échelle mondiale.

Lire la suite

Tous les murs du monde ne répareront jamais ceux des châteaux de sable que des enfants ne construiront plus

Dans sa préface, « Il n’y a pas d’algorithme », preface-dantonio-a-casilli-a-louvrage-de-olivier-ertzscheid-lappetit-des-geants-pouvoir-des-algorithmes-ambitions-des-plateformes/, publiée avec l’aimable autorisation de l’éditeur, Antonio A. Casilli parle du livre comme « un chasseur qui traque deux proies : l’une est la généalogie des grandes plateformes, l’autre cet attracteur d’inquiétudes politiques connu sous le nom d’« algorithme ». Les deux thèmes de sa quête intellectuelle sont on ne peut plus différents. Le premier est par trop sur le devant de la scène, l’autre furtif ».

Loin des storytelling, le livre aborde les plateformes nommées GAFA, GAFAM, ou alors AFAMA (Apple, Facebook, Amazon, Microsoft et Alphabet ex-Google), le fonctionnement des algorithmes, le coté sombre du numérique, des enjeux pour la démocratie « celui de la régulation de l’innovation et celui de la capacité d’agir des citoyens- usagers », le fonctionnement d’internet, les mécanismes d’invisibilisation, la croyance en « en un processus automatique objectif, efficace, exact, à la fois intelligible et imperscrutable », les contenus monétisés, les données personnelles et les processus d’apprentissage automatisé, les dévotions aux entités abstraites et les pouvoirs réels de leurs propriétaires… Comme l’écrit à juste titre, Antonio A. Casilli : « Il n’y a pas d’algorithme, il n’y a que la décision de quelqu’un d’autre »…

Il ne faudrait pas que le terme algorithme laisse à penser que le livre traite de mathématiques. Ce n’est pas le cas. Je reprends la définition fournie par WikipediA : Un algorithme est une suite finie et non ambiguë d’opérations ou d’instructions permettant de résoudre un problème ou d’obtenir un résultat. Que comporte la suite est ici hors du propos. Reste : Qui décide de cette suite et donc des résultats qui s’afficheront ? Lire la suite

Colporteuse, ou l’épreuve de l’histoire

Avec l’aimable autorisation de l’auteure

Colporteuse1

Colporter, c’est se déplacer ; c’est avoir un baluchon, plein de marchandises. Colporter, c’est n’avoir que son corps pour se transporter, pour voyager, soit parce que les moyens manquent, soit parce que le but du voyage nécessite une forme singulière de parcours. Colporter, c’est tracer son chemin. Ici, il s’agit d’un parcours dans la pensée féministe.

La colporteuse du féminisme, figure contemporaine, pratique le parcours individuel dans une histoire collective, à ce moment de l’histoire-là, celle en train de s’écrire à la fin du XXème siècle, au début du XXIème siècle. Lire la suite

La Pride, le Ramadan et l’échec de l’intersectionnalité à la française

C’est le mois de la Pride et celui du Ramadan, en même temps, et tout le monde s’en fout.

Je ris et je pleure, en même temps. Mon crâne me pique et je me cache. On me demande de sortir. Il y aurait des choses à célébrer, des galettes et gâteaux à empiler, des identités à embrasser, des calendriers à lunariser, des luttes à solidariser, des liens à solidifier, il faudrait sortir solaire tel un soldat, dans des contextes à dépasser, des spectacles à jouer, des histoires à raconter, d’autres à oublier, des mythes à entretenir, des gestes à répéter. Lire la suite

Préface de Ra-Sablga Seydou Ouedraogo à l’ouvrage de Thomas Sankara : La liberté contre le destin

Avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse

Jeudi 30  octobre 2014. Des marées de jeunes insurgés envahissent les rues des villes du Burkina Faso et ébranlent le pouvoir vieux d’un quart de siècle de Blaise Compaoré. Celui qui a, le jeudi 15 octobre 1987, mis tragiquement fin à l’expérience de la révolution burkinabè, devait abandonner, dans un scénario d’un drame loufoque, et sans pour autant obtenir le salut, le projet de révision de la Constitution, qui visait à lui permettre de poursuivre une troisième décennie au pouvoir et même entamer une quatrième. Lire la suite

Macron révélé par son « humour »

Ce 2 juin 2017, le nouveau président de la République, Emmanuel Macron, se risque à l’humour pour évoquer la situation tragique des Comoriens cherchant à gagner Mayotte au moyen de kwassa-kwassa, on est en droit de se demander ce qu’une telle saillie révèle du personnage.

« La genèse de l’esprit dans l’inconscient est indubitable lorsqu’il s’agit de mots d’esprit dictés par des tendances inconscientes ou renforcées par l’inconscient, partant dans la plupart des mots d’esprit “cyniques” » (Freud) 

On se rappelle les mots par lesquels Nicolas Sarkozy menaçait Dominique de Villepin de le suspendre à un « croc de boucher ». Qu’il se soit agi d’une figure rhétorique relevant de l’hyperbole, c’est une évidence. Il n’empêche, les termes utilisés ont fourni un aperçu de l’imaginaire du locuteur, lequel imaginaire apparait composé pour partie de motifs fascistes. Cela ne signifie pas, bien sûr, que Sarkozy est lui-même fasciste, mais plutôt que sa fibre politique est irriguée par des images structurantes relevant d’une violence de type fasciste. Lire la suite

Qui décide de qui est « dans la révolution » ?

Il est possible de (re)lire de multiples façons les textes de Che Guevara. Le plus intéressant me semble, de les contextualiser et de les confronter à d’autres positions radicale ou révolutionnaire, de mesurer ce qu’ils traduisent – ou non- en termes d’émancipation.

Dans son introduction, introduction-de-samuel-farber-a-son-ouvrage-che-guevara-ombres-et-lumieres-dun-revolutionnaire/ publiée avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse, Samuel Farber parle de l’actualité de Che Guevara, de « puissant symbole pour des milliers de jeunes rebelles et de révolutionnaires du monde entier ». Lire la suite