Archives de Catégorie: Politique

Manifeste du Collectif Lutte et Handicaps pour l’Égalité et l’Émancipation (CLHEE)

Qui sommes nous ?

Nous sommes un groupe de militants et d’activistes directement concernés par le handicap.

Nous faisons l’amer constat qu’en France aucun mouvement militant, activiste et autonome de défense des personnes handicapées n’a pu voir le jour et s’installer durablement dans le paysage des luttes d’émancipation. Lire la suite

Le « foulard islamique »  : de quelle inégalité s’agit-il ?

« Voilées » ou non, en France, les femmes ne sont pas du tout les égales des hommes.

 

En France, aujourd’hui, des filles sont dissuadées de poursuivre des études. La plupart choisissent des filières « féminines » et se détournent ou sont détournées des professions traditionnellement masculines. Moins qualifiées, moins rémunérées, plus précaires, plus chômeuses, assumant l’immense majorité du travail domestique, de l’éducation des enfants et de l’entretien des hommes, pratiquement écartées des responsabilités politiques, les femmes, « voilées » ou non, ne sont pas du tout les égales des hommes. Voici un problème de société qui pourrait susciter une mobilisation générale (un « grand chantier », comme on dit à la présidence de la République). Il n’en est rien. Celui qu’il semble urgent de traiter est de savoir si l’on doit légiférer pour interdire le port du foulard « islamique », et au passage, pour ne pas paraître islamophobe (position qui, toutefois s’assume de plus en plus explicitement et publiquement) les « signes religieux ostentatoires » dans les institutions publiques. Que de féministes en France, disposés à proscrire les marques de l’infériorisation des femmes ! Une pensée qui fait fi de toute idée de dynamique sociale et qui tend à prescrire plutôt qu’à analyser, se déploie sans frein, convoquant au passage ce que Gilles Deleuze nommait les « gros concepts » : la République, l’universalisme, l’égalité, la laïcité, l’intégration, la nation. Et c’est ainsi jusque dans la protestation laïque, que finit par se loger la virulente tendance à la théologisation du politique qui, de plus en plus, confisque la réflexion. Si, donc, des jeunes filles sont indiscutablement contraintes, directement ou insidieusement, de revêtir ledit foulard, il en est aussi certaines qui, dans une démarche de revalorisation à la fois ethnico-religieuse et personnelle, décident de s’en couvrir et, ainsi, d’entrer en toute connaissance de cause en dissidence. Lire la suite

Introduction à l’ouvrage collectif : Urgence antiraciste. Pour une démocratie inclusive

Avec l’aimable autorisation des Editions du Croquant

Un contexte (inter)national bouleversé et source de conflits démultipliés

Commémoration internationale de l’œuvre de Nelson Mandela à sa mort survenue en 2013, commémoration des trente ans de la Marche pour l’ égalité et contre le racisme en France (de Marseille à Paris en 1983), meeting unitaire contre l’ islamophobie à Saint-Denis (6 mars 2015), forums contre les politiques de racialisation, marches pour la justice et la dignité… Ces mobilisations reposent, sous une forme ou une autre, les termes du débat qui traverse la société française. Urgence antiraciste s’ inscrit dans cette actualité, à la recherche des solutions à la crise politique qu’ elle manifeste. Lire la suite

La honte

 

Corée du Sud, Allemagne, Brésil, Guatemala… nombreux sont les pays où la corruption a un prix. Tou-te-s ont été soupçonné-e-s de malversation : Park Geun-hye, Christian Wulff, Dilma Rousseff, Otto Pérez, respectivement président-e de la République de Corée du Sud, d’Allemagne, du Brésil, du Guatemala, démissionnent après quelques années d’exercice du pouvoir. En Roumanie, la guerre des citoyens contre la corruption est déclarée et est devenue une ligne de conduite dans les affaires politiques. Au Nigeria, des tentatives du même type voient le jour. Il y a bien évidemment des réfractaires : Jacob Zuma en Afrique du Sud, Teodoro Obiang en Guinée Équatoriale, Alpha Condé en Guinée, Omar Al Bashir au Soudan, Robert Mugabe au Zimbabwe, Paul Biya au Cameroun, et ceux qui les ont précédés, qui restent impunis. Lire la suite

C’est du politique

Cher journal L’Humanité,

Vous m’écrivez pour connaître mon avis sur le féminisme, revendication ou utopie, réforme ou révolution. On connaît la chanson, et j’aurais tendance à répondre : les deux, bien sûr ! Facile ; mais vrai en ce qui me concerne. « Faire feu de tout bois », en matière de féminisme, me semble depuis longtemps une évidence. Une sorte de pragmatisme à l’intérieur du rêve le plus radical. Chaque miette ramassée est un concentré possible d’utopie. Mais je vais vous répondre, autrement, et ailleurs. Deux fois le même mot, « social » et « société » dans votre question. Or, « social », « société », sont des mots que j’emploie le moins possible. Pourquoi ? Parce qu’ils édulcorent deux notions autrement plus subversives, le politique et l’historique. La revendication sociale, qu’est-ce donc ? Depuis la Révolution française et le début du féminisme comme mouvement collectif, il s’est agi, pour les femmes, de mettre la démocratie en conformité avec elle-même. La réclamation fut celle du droit, des droits des femmes. Furent alors désignées l’incohérence des articles du Code civil (se devoir mutuelle assistance ou devoir suivre sans discuter son mari), l’illégitimité des absences de droits civils (autonomie économique, personne juridique), la nécessité d’inclure la citoyenne, et aujourd’hui, après la légitimation de l’avortement, l’invention de nouveaux possibles, pour les sexualités, pour la procréation. Lire la suite

Colonisation : repentance, reconnaissance et réparations

Les pourfendeurs de la repentance rongeaient leur frein. Les déclarations d’Emmanuel Macron sur la colonisation leur ont permis de sortir de leur torpeur hivernale. Quelle aubaine ! De Riposte Laïque à Alain Finkielkraut en passant par l’inévitable Yvan Rioufol du Figaro, les voilà qui chevauchent de nouveau leur fier destrier pour défendre la République honteusement attaquée. Qui sont ses ennemis ? Celles et ceux qui, par inconscience, « islamo-gauchisme » ou « angélisme victimaire », la menacent en exigeant que les crimes coloniaux soient enfin reconnus par les plus hautes autorités de l’Etat et par les candidat-e-s à l’élection présidentielle. Un plumitif du site d’extrême-droite dénonce les menées de « l’anti-France », alors que le pays « a permis aux Algériens de devenir des femmes et des hommes libres », cependant que le chroniqueur précité stigmatise une « contre-société » qui, « depuis 30 ans », se construit « dans la détestation de la France et de tout ce qu’elle représente. » (13 février 2017). Lire la suite

Avons-nous vraiment tout essayé pour mettre fin au chômage de masse, le premier problème des Français ?

Pour signer : http://dutravailpourtous.wesign.it/fr

Depuis 40 ans, les gouvernements successifs ont tout misé sur le retour de la « croissance » et sur l’amélioration de la « compétitivité » des entreprises.

Au lieu de reconnaître l’échec de cette approche, certain(e)s s’obstinent dans ces politiques et préfèrent souvent rejeter la faute sur les salarié(e)s, les chômeurs et les précaires. La démarche est encore plus violente quand elle pointe du doigt les étranger(e)s, les jeunes, les seniors, les mal-logé(e)s, les banlieusard(e)s, les handicapé(e)s, etc.

Non seulement ces idées reçues stigmatisent et banalisent les victimes de « la crise »1, mais elles étouffent également les débats autour du foisonnement de solutions alternatives proposées par la société civile2. Pourquoi préfère-t-on nous parler « d’assistanat » plutôt que du million d’emplois que peut créer la transition écologique3 ? Lire la suite