Pérou : nous demandons l’intervention des mécanismes de protection des droits humains de l’ONU (+ autres textes)

  • Pérou : nous demandons l’intervention des mécanismes de protection des droits humains de l’ONU 
  • Une mobilisation à la croisée des chemins. La menace du camp militariste. La détermination populaire. Entretien avec Hernando Cevallos
  • Carlos Noriega Une intervention policière dans l’Université San Marcos: une action plus vue depuis la dictature d’Alberto Fujimori
  • Carlos Noriega : Dans la foulée de Lima, les « marches nationales » se propagent au sud
  • Carlos Noriega :« Boluarte dit que nous sommes des paysans ignorants, nous ne sommes pas ignorants, elle est ignorante, elle ne comprend pas ce pour quoi nous nous battons »
  • Communiqué de solidarité à l’égard des Péruviennes et Péruviens et de la communauté universitaire de San Marcos 
  • CGT – Note de l’espace international – Amériques : Mobilisations au Pérou : soutien au peuple Péruvien face à la répression sanglante !

Continuer à lire … « Pérou : nous demandons l’intervention des mécanismes de protection des droits humains de l’ONU (+ autres textes) »

La réforme des retraites contre l’écologie

Ce texte de débat du Réseau écosyndicalistes n’est pas un décryptage de la réforme des retraites. Il ne rentre donc pas dans le détail de cette contre-réforme largement décrite dans les documents des différentes confédérations. Il cherche à donner des arguments aux équipes syndicales et aux militants écologistes pour éclairer les liens entre retraite et écologie.

La contre-réforme des retraites aggrave les inégalités environnementales entre les salariés et fragilise les plus vulnérables face aux crises écologiques
Associations et collectifs du combat climatique ont appelé à manifester le 19 janvier. Ce n‘est pas un hasard. Dans un monde avec plus de 100 jours de canicule à 50°C la question de la fin de vie va rapidement devenir critique. Jusqu’à quel âge pouvons-nous travailler dans ces conditions ? Quel intérêt de vivre une retraite dans ces conditions ? Ceci n’est qu’un exemple des conséquences du changement climatique. Les débats sur les retraites devraient intégrer les questions écologiques du monde dans lequel nous vivrons au cours du siècle. Ce n’est pas un sujet abstrait : dans les métiers à forte pénibilité, l’allongement de la durée de cotisation se fera ressentir beaucoup plus qu’ailleurs. Quand on a 60 ans et que l’on est employé dans le bâtiment ou en agriculture, avec la hausse des températures actuelle et la multiplication des sécheresses, on connaît déjà des conditions de travail extrêmes. Qu’en sera-t-il dans les années à venir ? Les inégalités, qui pèsent déjà sur ces métiers souvent précaires, ne feront que s’accroître vis-à-vis des métiers s’exerçant dans des bureaux climatisés. Continuer à lire … « La réforme des retraites contre l’écologie »

Femmes exilées, une violence continue

CPL-Femmes-exilées-une-violence-continue-web-02

Recommandations

Les femmes exilées, comme les hommes exilés, sont victimes de la violence politique et de la torture, dans leur pays d’origine ou pendant le parcours d’exil. Elles subissent les mêmes conditions de non-accueil en France et en Europe. Toutefois, face à la spécificité de ce qu’ont vécu et vivent les femmes exilées, au regard de leur vulnérabilité permanente, nous recommandons de : Continuer à lire … « Femmes exilées, une violence continue »

Des livres en solidarité avec les Ukrainien·nes (mais pas seulement)


Jours gris et nuages d’acier sur l’Ukraine

une-jours-gros-1200

On lira dans cet ouvrage plusieurs récits sur la guerre en Ukraine et l’état du monde, volontairement subjectifs, nourris d’expériences personnelles, de témoignages, du passé proche et du présent tragique.
Son auteur évoque les mouvements anti-guerre de Russie et du Bélarus, les dénis et les silences d’une partie des forces progressistes. Il pose, pour lui-même et à chacun d’entre nous, les questions de la pratique de la solidarité internationale et de la lutte pour la paix et la sécurité.
Comment exfiltrer un nouveau-né et sa mère coincés quelque part au sud de Kharkiv ? Comment faire sortir une journaliste et sa famille de Moscou ? Comment aider des étudiants nigériens fuyant l’Ukraine et se retrouvant confrontés au racisme des institutions d’Europe ? Comment soutenir des réfugié·es en Pologne ? Comment avoir des nouvelles des ami·es ?
Comment informer et faire comprendre ce que disent les dissidents russes et les résistants ukrainiens.
https://www.syllepse.net/jours-gris-et-nuages-d-acier-sur-l-ukraine-_r_37_i_944.html

ONLpQSHDezZDbr4L Continuer à lire … « Des livres en solidarité avec les Ukrainien·nes (mais pas seulement) »

Voix de guerre

Les témoignages des victimes de la guerre vont désormais résonner en 9 langues

IMG_9804-scaled

Un projet associant Memorial France, Memorial Italie, Mémorial République Tchèque, Mémorial Pologne et Mémorial Allemagne au Groupe de défense des droits de l’homme de Kharkiv (Memorial Ukraine)

Des centaines de milliers de personnes ont été ou sont victimes de l’invasion russe en Ukraine. Des millions d’hommes, de femmes et d’enfants ont été contraints de quitter leur foyer, certains pour la deuxième et la troisième fois depuis le début de la guerre. Chacune de leurs histoires est unique et mérite d’être entendue par le monde extérieur. Mais l’expérience montre qu’aussi dramatiques que soient les événements et aussi flagrants et brutaux que soient les crimes de guerre commis par l’armée russe dans le but de soumettre le peuple ukrainien, l’expérience perd de son intensité avec le temps et les souvenirs s’estompent, jusqu’à en devenir invisibles. Les pires atrocités se perdent dans le maelström de l’histoire. Mais oublier les crimes nous fait courir le risque qu’ils se répètent à l’avenir. Continuer à lire … « Voix de guerre »

Ukraine CombArt : 2 février, projection exceptionnelle de « Butterfly Vision », du cinéaste ukrainien Maksym Nakonechnyi

GraphiqueCollé-2

L’association de solidarité avec les artistes ukrainiens et les volontaires de la Défense territoriale Ukraine CombArt organise une projection exceptionnelle de Butterfly Vision, du cinéaste ukrainien Maksym Nakonechnyi, le jeudi 2 février à partir de 19h30 au cinéma Les 7 Parnassiens : 98 boulevard du Montparnasse – 75014 (Métro Vavin).

Cette projection, organisée en partenariat avec Nour Films, distributeur français du film, et les 7 Parnassiens, cinéma d’art et d’essai, sera suivie d’un débat avec Maksym Nakonechnyi (en visio-conférence depuis l’Ukraine), Véronique Nahoum-Grappe, anthropologue, et Perrine Poupin, sociologue, toutes deux très engagées pour l’Ukraine.

Du 1er au 3 février, la galerie des 7 Parnassiens accueillera une exposition-vente des tee shirts Ukraine CombArt (vendus pour financer l’achat et l’acheminement de générateurs) et des affiches See2Live, réalisées par des artistes ukrainien.ne.s et français.e.s, projet coordonné par Artem Iurchenko, président d’Ukraine CombArt. Continuer à lire … « Ukraine CombArt : 2 février, projection exceptionnelle de « Butterfly Vision », du cinéaste ukrainien Maksym Nakonechnyi »

Le rôle historique des femmes de La Via Campesina dans la crise actuelle

Lisez la conférence de Geum-Soon Yoon sur la force des femmes pour stimuler des changements systémiques

Nous vivons aujourd’hui à une époque de crises différentes : la pandémie de covid-19, la crise climatique, la crise alimentaire et la guerre… Une nouvelle ère de « guerre froide » s’approche alors que l’hégémonie impériale des États-Unis s’effondre. Bien que le capitalisme néolibéral semble collapser, il se renouvelle en utilisant l’Organisation mondiale du commerce (OMC), les Nations Unies (ONU) et d’autres institutions internationales pour tenter de reconstruire l’économie mondiale.

La crise de la guerre est une conséquence inévitable du système économique néolibéral, et elle est nécessaire pour donner une destination aux produits excédents. Ces produits sont les armes dont dépendaient les États-Unis pour survivre. La guerre est aussi le produit d’une société capitaliste patriarcale. Continuer à lire … « Le rôle historique des femmes de La Via Campesina dans la crise actuelle »

Sommet des Peuples sur les Migrations

533c957ce0b64038b836f3c2bd21f2e8

Le Sommet des peuples sur les migrations s’est tenu à Bruxelles les 30 septembre et 1er octobre 2022, en articulation avec l’initiative de la March to Brussels. Ces rencontres transnationales se sont donné comme objectifs, d’une part, de permettre aux représentant·es d’organisations et de mouvements engagés pour les droits des personnes migrantes de se connaitre et d’échanger sur différentes stratégies autour des enjeux qui les traversent et qui sont inter- connectés. Il s’agissait d’autre part de proposer un espace de réflexion sur la mise en place ou le renforcement de réseaux internationaux de mobilisation et d’interpellation pour lutter contre la violence des politiques migratoires et travailler à des alternatives. Continuer à lire … « Sommet des Peuples sur les Migrations »

« Une désobéissance civile face au gouvernement fasciste, sans Palestiniens ? » (et autre texte)

Le chaos déclenché par le gouvernement d’extrême droite israélien [voir l’article publié sur ce site le 30 décembre 2022] a remis à l’ordre du jour un concept oublié dans le lexique public : la désobéissance civile. Ces dernières semaines, avant même l’investiture du nouveau gouvernement, des militant·e·s et des leaders de l’opposition ont appelé à des manifestations de masse, des grèves et d’autres formes d’agitation.

Deux de ces leaders sont Ehud Barak [ministre israélien de la Défense de juin 2007 à mars 2013] et Yair Golan [ministre de l’Economie 2021-2022] – tous deux généraux de l’armée à la retraite, des personnes qui ont passé une grande partie de leur vie sous l’uniforme militaire – nous encouragent maintenant à descendre dans la rue et à désobéir au régime. Alors que pour Ehud Barak, la menace de désobéissance civile reste vague et dépourvue de plan d’action, Yair Golan en avance un déjà plus clair: fermeture des commerces et des services, blocage des routes, etc.

Bien sûr, on peut se demander où un homme [de 2020 à 2022, Golan était membre du Meretz] dont le parti a été rayé de la carte politique lors des dernières élections va trouver les troupes pour cette désobéissance civile, et s’il peut saisir non seulement le concept de « civil », mais aussi celui de « désobéissance ». Continuer à lire … « « Une désobéissance civile face au gouvernement fasciste, sans Palestiniens ? » (et autre texte) »

La FTQ aux devants – Déclaration de politique sur la pandémie de COVID-19

Dans le cadre de son 33e congrès qui se tient du 16 au 19 janvier 2023, la FTQ publie une déclaration de politique sur la pandémie de COVID-19. Cette déclaration de la FTQ est un texte important à lire et à discuter. Elle fait un bilan étoffé de la gestion que les partis au pouvoir ont fait de la pandémie de la COVID-19. Elle pointe ce qui doit être changé dans la société québécoise pour en faire une société plus juste et plus solidaire. Elle met en discussion des résolutions militantes sur les différentes tâches qui sont devant la Centrale et l’ensemble des mouvements sociaux militants au Québec. [PTAG]

ftq-33e-congres-declaration-politique Continuer à lire … « La FTQ aux devants – Déclaration de politique sur la pandémie de COVID-19 »

Comment les mères du Kazakhstan ont formé un mouvement de protestation – et ce qu’elles veulent

Les mères affirment avoir été les premières à descendre dans la rue lors des manifestations de janvier, les plus importantes et les plus violentes de l’histoire post-soviétique du pays.

C’est le soir à Nur-Sultan, la capitale du Kazakhstan, et une longue file de femmes et d’enfants se tient devant un complexe résidentiel d’élite. Ils attendent que les portes vitrées d’un bureau s’ouvrent. Le bureau est inhabituel. Il n’a pas de meubles mais contient un assortiment de trottinettes, de bicyclettes et de jouets pour enfants. Une douzaine de machines à coudre tapissent les murs.

« C’est notre centre d’adaptation et de resocialisation pour les familles nombreuses », me dit la militante Botagoz Shynykulova en déverrouillant la porte. « Nous ne l’avons ouvert que récemment ». Continuer à lire … « Comment les mères du Kazakhstan ont formé un mouvement de protestation – et ce qu’elles veulent »

A propos de « Cannibal Capitalism » de Nancy Fraser

cannibal-capitalism-573x1024

Dans son livre Cannibal Capitalism (Verso, mars 2022 [1]) Nancy Fraser propose de revenir sur la caractérisation du capitalisme : il ne faut pas le réduire à un système économique, mais le définir comme une société : « Parler du capitalisme comme un ordre social institutionnalisé (…) revient à souligner son imbrication non accidentelle mais structurale avec la domination de genre, la dégradation écologique, l’oppression raciale et impériale et la domination politique – en conjonction, bien entendu, avec sa dynamique de base, également structurale et non accidentelle, fondée sur l’exploitation du travail » (p.19 – 20). Cette thèse n’est pas vraiment nouvelle, elle prolonge celle défendue par certains courants féministes ; cf. le Manifeste pour les 99% dont Nancy Fraser (ci-dessous N.F.) est une des trois auteures, mais est en résonance forte avec la théorie du Capitalocène, développée par Jason Moore, Daniel Cunha et Andreas Malm [2]. À propos du livre Cannibal Capitalism Andreas Malm écrit : « Nancy Fraser a produit la théorie la plus élégante du capitalisme actuel – non pas un capitalisme au sens économique étroit, mais un capitalisme qui dévore tout, un système incapable de ne pas dévorer tout ce qui l’entoure, détruisant la vie des humains et de la nature ». Ce livre est aussi en résonance avec l’importance croissante prise par les mouvements sociaux hors économie : féminisme, contre le racisme, écologie, pour le droit au logement, etc. Dans un de ses derniers textes, Classes et mouvements sociaux, Daniel Bensaïd évoque la perspective d’une « reterritorialisation de la lutte des classes et la capacité du mouvement ouvrier à déployer son pouvoir de contestation non seulement au niveau de la production dans l’entreprise (rapport salarial), prenant en charge, dans le respect de leur autonomie, les luttes des femmes, les luttes urbaines, les luttes écologiques, comme autant de dimension nécessaire d’un projet cohérent de transformation sociale ». Le livre de N.F. marque clairement la nécessité de remettre en cause une vision centrée sur l’affrontement entre deux camps prédéfinis, le Capital et le Travail. Les luttes concernent tous les domaines de la vie, dépassant la distinction ente le quotidien et le social, entre le social et le politique, entre les moyens et les fins. Continuer à lire … « A propos de « Cannibal Capitalism » de Nancy Fraser »

Manifs retraites en France et guerre contre l’Ukraine, rien à voir ?

Réfléchissons sur la coïncidence, d’une part, que 2 millions de gens et plus en France descendent dans la rue et que, pour une large part de ces 2 millions, iels se soient mis en grève et que cela prélude peut-être, rêvons un peu, à une montée en puissance du mouvement jusqu’à menacer le gouvernement et, d’autre part, que la Russie poutinienne poursuive sa guerre barbare d’envahissement et annexion contre les Ukrainien.ne.s à coups de bombardements, avec une prédilection toute particulière pour cibler les populations civiles !

Vraiment vous ne voyez pas le rapport ? Continuer à lire … « Manifs retraites en France et guerre contre l’Ukraine, rien à voir ? »

Pour une auto-défense féministe dans l’enquête en sciences sociales

BADASSES (Blog d’Auto-Défense contre les Agressions Sexistes et Sexuelles dans l’Enquête en Sciences Sociales) est un collectif féministe constitué de jeunes chercheuses réunies autour d’un même constat : l’invisibilité, au sein du champ académique, de la question des violences sexistes et sexuelles (VSS) qui surviennent au cours de l’enquête de terrain.

Ces violences ne sont pas nouvelles. La discussion à ce sujet non plus. « Les anthropologues ne se font pas violer ou harceler, les femmes si » [1] écrivait Eva Moreno en 1995, dans un article témoignant du viol qu’elle a subi lors d’une enquête de terrain. Elle souligne alors combien les violences sexuelles sont absentes de la réflexion et de la littérature anthropologique. Vingt-cinq ans plus tard, on ne peut qu’émettre le même constat : les réflexions et analyses sur le sujet restent marginales dans les sciences sociales. Pourtant, les violences sexistes et sexuelles (VSS) s’immiscent toujours dans la relation d’enquête. Sans grande surprise, la fonction de chercheureuse ne protège pas. C’est parce que femme, ou minorité de genre, qu’on est harcelé·e, agressé·e, violé·e ; et en tant que chercheureuse et sur notre espace de travail que cela arrive. Continuer à lire … « Pour une auto-défense féministe dans l’enquête en sciences sociales »

Comme en août 1914… la guerre fracture de nouveau la gauche !

Du point de vue de la gauche internationale, la guerre de Poutine contre l’Ukraine a commencé comme la Première Guerre mondiale et il n’est pas désormais exclu qu’elle se termine comme elle. En effet, dès leur tout premier jour, toutes les deux ont provoqué l’éclatement de la gauche internationale et sa division en deux camps de plus en plus divergents, opposés et inconciliables. Déjà au début de la guerre, on écrivait que « il est de plus en plus clair que mars 2022 tend à fracturer la gauche antilibérale internationale autant ou presque autant que août 1914 ! » [1] Aujourd’hui, onze mois plus tard, tout indique que mars 2022 est effectivement l’équivalent pour la gauche internationale du 21e siècle de ce qu’a été août 1914 pour le 20e !

Et pourtant, tandis que pratiquement personne ne conteste en privé l’existence de cette fracture, il y a trop peu de gens de gauche qui ont le courage d’en parler ouvertement, et encore moins qui osent examiner sérieusement les tenants et les aboutissants de cette division historique de la gauche internationale. En somme, force est de constater que tout ce monde de gauche préfère exorciser plutôt qu’affronter de face sa profonde division… Continuer à lire … « Comme en août 1914… la guerre fracture de nouveau la gauche ! »

Des enregistrements en 2021 (4)

Des disques et des musiques récentes. Prendre le temps de s’arrêter, d’écouter des albums. S’éloigner des critères privilégiés par des commerçants, rarement disquaires, ou des productions des majors…
De multiples éditeurs nous permettent d’écouter des musiques et non de la programmation « profitable ». Quelques disques enregistrés, ici en 2021 au hasard des écoutes.
Continuer à lire … « Des enregistrements en 2021 (4) »

Les Ukrainiens réclament leur place dans l’histoire de l’art

Personne n’appellerait un artiste indien britannique ou un artiste péruvien espagnol, alors pourquoi les musées continuent-ils à qualifier les artistes ukrainiens de russes ?

Lorsque les Européens de l’Est visitent un musée d’art à l’étranger, ils sont, par défaut, obligés d’admettre que les œuvres qu’ils considèrent comme indigènes ne leur appartiennent pas. On leur enlève le pouvoir de s’approprier leur patrimoine culturel. Lorsqu’ils s’aventurent dans une galerie quelque part aux États-Unis, ils découvrent, à leur grand désarroi, que l’expressionniste Oskar Kokoschka était britannique, que le moderniste Marc Chagall était français, que les avant-gardistes Oleksandra Ekster et Kazymyr Malevych étaient russes, etc.

C’est exactement ce qui m’est arrivé, à moi, journaliste artistique ukrainienne récemment inscrite à la School of the Art Institute of Chicago (SAIC), lors de ma première visite à l’Art Institute l’automne dernier. L’excitation de voir des œuvres de Malevych et d’Ekster dans la collection permanente de l’un des plus grands et des plus importants musées du monde a été empoisonnée par des légendes indiquant leur origine nationale. Continuer à lire … « Les Ukrainiens réclament leur place dans l’histoire de l’art »

Face à la violence d’État, défendons nos droits partout

La répression des contestations écologiques, sociales et démocratiques a atteint un niveau rare, inédit depuis 60 ans et la guerre d’Algérie. À l’heure où les urgences sociales et climatiques se font plus pressantes, et poussent à multiplier des actions qui réveillent, les gouvernements récents banalisent la violence d’État.

Les mois prochains, nous qui signons ce texte organiserons ensemble des Assises citoyennes pour les libertés publiques et la défense de nos droits individuels et collectifs.

Pourquoi maintenant ? Parce qu’il y a des effets cliquets. La restriction des droits s’opère de façon cumulative par touches successives. À force, l’inacceptable d’hier semble ordinaire. Sans plus tarder, il est urgent d’agir pour retrouver des droits qui libèrent, des moyens pour les appliquer. Continuer à lire … « Face à la violence d’État, défendons nos droits partout »

Ce sourire des spectres entêtés qui jamais ne renoncent

28001100294380L

« Si le visible n’était pas déjà en même temps au-delà de la visibilité, nous ne pourrions pas le voir, et si la vie n’était pas déjà en même temps au-delà d’elle-même, nous ne pourrions pas la vivre ». (Hermann Broch)
Dix acryliques de Philippe Genette et des poèmes de Pierre Tréfois. Continuer à lire … « Ce sourire des spectres entêtés qui jamais ne renoncent »