L’avortement en Pologne

Entretien avec Marta Lempart, militante polonaise pour le droit à l’avortement

L’Europe a abdiqué ses devoirs : elle se range du côté du gouvernement polonais et contre les droits des citoyens 

Mercredi dernier, le gouvernement du parti ultraconservateur Droit et Justice (PIS) au gouvernement a officiellement publié la mesure approuvée par le Tribunal constitutionnel de ce pays en octobre dernier, qui interdit l’avortement pour cause de malformation fœtale. L’une des trois options légales pour avorter, ce qui signifie une interdiction de facto de l’interruption de grossesse.

Une loi qui, comme l’affirme Lempart, n’est pas légale et ne peut donc pas entrer en vigueur. Dans cette interview au Público, elle dénonce que la Cour constitutionnelle qui l’a approuvée n’était pas légitime parce qu’elle comprenait des personnes qui ne pouvaient pas être magistrats de cette cour et à cause de la rupture de la légalité judiciaire causée par le gouvernement ultraconservateur d’Andrzej Duda. En fait, l’Union européenne a ouvert quatre dossiers contre la Pologne au cours des trois dernières années pour atteinte à l’indépendance du pouvoir judiciaire.

« Ce qui se passe en Pologne n’est pas seulement une question de droits de l’homme », a déclaré le militant à Público, « mais une question d’indépendance judiciaire. Lorsqu’il n’y en a pas, toutes les libertés civiles et les droits de l’homme peuvent facilement être anéantis en une minute  ».

Comment allez-vous ?

Je suis rentrée chez moi à quatre heures du matin après avoir participé aux manifestations et avoir été détenue par la police et maintenue dans la rue pendant plusieurs heures. Au moins 13 personnes ont été arrêtées, dont cinq sont toujours au poste de police, parmi lesquelles Klementyna Suchanow [l’une des militantes les plus reconnues de la grève des femmes] qui sera détenue 48 heures.

Les marches se sont-elles intensifiées ces jours-ci après l’annonce de la publication de l’interdiction ?

Oui, tout à fait. Il y a eu une marche hier, une autre il y a deux jours et nous en aurons une autre aujourd’hui [ce vendredi]. Il s’agit de marches promues par des femmes auxquelles participent des jeunes, qui sont massives et se déroulent dans différentes régions du pays.

Quelle est la situation actuelle ? La nouvelle loi a été publiée mercredi dernier, mais est-elle entrée en vigueur ?

Non. Nous ne la considérons pas comme une loi, car les personnes qui l’ont rédigée et publiée ne sont pas des juges. Ils ne le sont pas tous. Nous avons un problème en Pologne et c’est que la Cour constitutionnelle de notre pays a été élue illégitimement. Certaines des personnes qui prétendent être juges n’ont pas été légalement nommées.

Nous ne parlons donc pas ici d’une loi, mais seulement d’une annonce qu’ils prétendent présenter comme une loi. Bien sûr, il a été publié officiellement par l’État, mais cela ne signifie pas que la loi a changé.

L’État a toute la force et l’influence nécessaires pour imposer cette mesure au peuple, mais ce que nous défendons, c’est que la loi n’a pas changé et que le gouvernement ment. Ce qui va se passer, nous en sommes convaincus, c’est que le gouvernement va essayer de poursuivre toute personne qui pratique un avortement dans les limites des hypothèses légales reconnues jusqu’à présent et les médecins qui le pratiquent, même si la loi n’a pas changé.

Quelle est la situation des femmes polonaises en ce moment ? Si elles ont besoin d’un avortement en raison d’une malformation du fœtus, pourront-elles en bénéficier ?

Selon la loi, elles pourraient le faire, mais ce ne sera pas une option qui leur sera offerte. Nous comptons sur le fait que certains médecins s’opposeront à cette annonce faite par le gouvernement et seront poursuivis et enquêtés pour avoir pratiqué des avortements légaux.

Cela va certainement se produire et nous allons avoir besoin de toute l’aide juridique possible pour lutter contre l’État qui tentera de les poursuivre. Nous nous y préparons. Nous sommes également prêtes à soutenir la principale organisation du pays qui apporte une aide aux femmes qui ont besoin d’un avortement dans les conditions autorisées par la loi polonaise et qui se voient systématiquement refuser cette possibilité.

Ce refus n’a pas commencé hier avec l’annonce, cela dure depuis des années. De nombreux médecins ont refusé de pratiquer des avortements dans le cadre de la loi, nous nous préparons donc à toutes ces batailles juridiques qui vont maintenant être redoublées.

Ce qui se passe en Pologne n’est pas seulement une question de droits de l’homme et de droits des femmes. Il s’agit de l’État de droit et d’une question d’indépendance judiciaire. Et voici la question : pourquoi voulons-nous l’indépendance du pouvoir judiciaire ? Car lorsqu’il n’y en a pas, toutes les questions de libertés civiles et de droits de l’homme peuvent facilement être balayées et éliminées en une minute.

Avez-vous un soutien national ou international ?

Il existe une organisation appelée FEDERA, qui est la Fédération pour le planning familial et les femmes, qui nous soutient depuis de nombreuses années, car nous avons toujours eu des problèmes avec des médecins qui refusaient de pratiquer des avortements reconnus par la loi.

C’est-à-dire qu’ils ont essayé de ne pas se conformer même aux avortements autorisés, qui sont pour l’inceste, le viol et la malformation du fœtus, ce qu’ils veulent maintenant éliminer. Ce problème va maintenant s’élargir et devenir plus difficile, mais il n’a pas commencé hier.

Il s’agit d’une organisation qui fournit une aide juridique pour poursuivre les médecins et les hôpitaux qui refusent les avortements légaux. Cette organisation aura désormais plus de travail, nous en sommes convaincus, car elle devra poursuivre les médecins et les hôpitaux devant les tribunaux et devant la Cour européenne des droits de l’homme.

Recevez-vous suffisamment de soutien de la part des pays européens ?

Non

Comment voyez-vous le rôle de l’UE dans ce domaine particulier ?

Je suis très en colère parce que je pense que nous avons été laissées à l’écart dans le froid. Je ne demande pas à être aidée parce que je suis polonaise, un pays particulier qui est dans une mauvaise situation en ce moment.

Mais les hommes politiques de l’Union européenne ont abdiqué leurs devoirs et responsabilités envers les citoyen-ne-s polonais-es. Je suis une Européenne et je comprends que tous les hommes politiques de l’Union Européenne ont des devoirs envers moi. Ils ont le devoir de défendre mes droits et de se battre pour moi. Ils préfèrent plutôt se tenir aux côtés de mon gouvernement et contre moi, contre le peuple. C’est une trahison. Ils ont des devoirs et des obligations envers moi en tant que citoyen européen, mais ils ne s’en soucient pas.

Ils prétendent faire quelque chose, mais ce ne sont que des déclarations, des mots vides de sens et rien ne se passe. Ou du moins, rien d’assez rapide pour provoquer un changement.

Pensez-vous que ce qui se passe en Pologne pourrait se produire dans d’autres pays de l’UE et qu’ils devraient être conscients qu’il pourrait y avoir une régression des droits qui ont été gagnés ?

Je pense qu’ils en sont conscients, mais la plupart des politiciens européens pensent qu’ils sont meilleurs que nous, Polonais, et que cela ne se produira pas dans leur pays.

Mais c’est une erreur. Cela peut arriver n’importe où. C’est un privilège et aussi un déni : que les gens ne veulent pas penser que quelque chose comme cela pourrait leur arriver. C’est ce qui se passe avec les politiciens européens.

Et au niveau des citoyens, ont-ils été soutenus ? Nous n’avons pas vu de mobilisations massives dans les villes européennes.

Nous avons constaté une grande solidarité et nous avons bénéficié d’un soutien international important de la part des citoyens et de la société civile. Le fait que nous puissions maintenant parler est une conséquence de cette solidarité. Nous avons une communauté européenne, en termes de citoyenneté, qui comprend que ce qui se passe en Pologne peut arriver avec les populismes d’extrême droite et avec l’église dans d’autres pays si on leur donne du pouvoir.

Quel a été le rôle de l’Église polonaise ?

L’église pense qu’elle a gagné. Mais c’est une erreur. Ils montrent toute leur joie mais aussi toute leur haine et leur mépris des femmes. Ils sont heureux que nous puissions avoir ce genre d’interdiction de l’avortement, car ils détestent les femmes. En fait, ils détestent tout le monde : nous, la population LGTBI, tous ceux qui ne sont pas directement sous leur autorité.

C’est un moment heureux pour eux. Mais en même temps, ils perdent leur base sociale, car beaucoup de gens quittent l’église, cessant d’envoyer leurs enfants dans les églises et les écoles religieuses.

Un processus de sécularisation est en cours dans le pays et c’est l’Église qui le fait par ses propres moyens. Ils ont perdu le contact avec la réalité parce qu’ils sont poussés par leur haine viscérale des gens et des droits de l’homme. Au final, ils perdront. Mais pour l’instant, ils restent la principale force qui alimente la haine dans le pays.

Que faudra-t-il pour inverser cette norme ?

Ce n’est vraiment pas aussi difficile que vous pourriez le penser. Parce que, j’insiste, c’est une loi qui n’existe pas. Pour inverser la tendance, il faudra que les médecins du système de santé publique pratiquent des avortements.

Qu’ils continuent à les exécuter comme ils le font en vertu de la loi. Nous ne reconnaissons pas cette norme parce qu’elle est illégale.

En Espagne, cela semble lointain que des droits acquis puissent être annulés, mais nous avons un parti d’extrême droite qui siège dans les institutions et qui nie la violence sexiste et est contre l’avortement. Que diriez-vous aux femmes espagnoles ?

Je leur dirais d’être prudentes car ils ne cesseront jamais d’essayer de démanteler les droits. La base du populisme d’extrême droite est toujours la haine et le contrôle, surtout des femmes. Ils continueront à le faire patiemment et constamment et ils continueront à s’attaquer aux femmes avec tout ce qu’ils peuvent.

Marta Lempart, militante et combattante pour les droits des femmes et l’avortement, est l’un des visages les plus visibles et les plus reconnus des manifestations organisées par la Grève des femmes en Pologne.

Madrid 30/01/2021 Marisa Kohan

https://www.publico.es/

https://www.pressegauche.org/L-avortement-en-Pologne

Auteur : entreleslignesentrelesmots

notes de lecture

Une réflexion sur « L’avortement en Pologne »

  1. Une femme polonaise est la première à être jugée pour avoir enfreint la loi stricte sur l’avortement
    Pologne – https://lesactualites.news/sante/
    La première personne à être inculpée en Pologne pour avoir enfreint la loi stricte sur l’avortement en fournissant des comprimés provoquant une fausse couche à une femme enceinte doit être jugée la semaine prochaine.
    Justyna Wydrzyńska, du groupe polonais Aborcyjny Dream Team (ADT), est accusée d’avoir aidé illégalement à avorter et risque jusqu’à trois ans de prison si elle est reconnue coupable. « Je pourrais être traitée comme la plupart des autres personnes dans cette situation et être condamnée à une peine de six mois avec sursis, ou ils pourraient vouloir faire de moi un exemple et m’envoyer en prison, peut-être même pendant des années », a-t-elle déclaré depuis son domicile. à l’extérieur de Varsovie.
    L’accès à l’avortement est soumis à des lois strictes en Pologne depuis des décennies, mais en janvier de l’année dernière, le pays a introduit une législation qui a rendu pratiquement impossible pour les femmes d’accéder légalement à une interruption de grossesse sûre. L’affaire contre Wydrzyńska remonte à février 2020.
    « Au fond de nous, nous savions que quelque chose comme ça pouvait arriver. Nous avons toujours été publics sur ce que nous faisions – nous ne l’avons jamais caché », a déclaré Natalia Broniarczyk, membre d’ADT, à propos du travail de l’organisation et des apparitions médiatiques de ses membres.
    Le groupe a toujours veillé à opérer dans le cadre de la législation polonaise, qui ne criminalise que les prestataires d’avortement et non les patientes sur lesquelles la procédure est pratiquée.
    « La loi sur ‘l’aide à l’avortement’ remonte aux années 1990 », a déclaré Kinga Jelińska, membre de l’ADT basée à Amsterdam. « À l’époque, les avortements chirurgicaux étaient la seule option, donc il a été écrit avec une implication très directe des médecins à l’esprit. » ADT a contourné la réglementation en référant les femmes qui souhaitaient avorter à des organisations basées à l’étranger, où les médicaments abortifs les plus courants, la mifépristone et le misoprostol, peuvent être obtenus légalement et envoyés par la poste. ADT ne pouvait donc pas être accusée de fournir directement des avortements.
    Mais fin février 2020, Wydrzyńska a envoyé des pilules qu’elle avait chez elle directement à une femme qui l’avait contactée. « Cette femme était enceinte de 12 semaines et subissait des violences domestiques », a déclaré Wydrzyńska au Guardian. « J’ai eu mon avortement à 12 semaines et j’ai également été dans une relation abusive. Je sais ce que cela signifie d’être dans cette situation. L’aider a été ma première réponse humaine.
    La femme avait déjà tenté de se rendre en Allemagne pour l’intervention, mais en avait été empêchée par son mari. Pendant ce temps, la pandémie de Covid commençait à s’installer. «Le service postal polonais avait annoncé que le courrier international pourrait être suspendu ou perturbé. Nous manquions de temps », a ajouté Wydrzyńska.
    Le jour où le colis est arrivé, des policiers – qui auraient été appelés par son mari – sont arrivés au domicile de la femme. Elle a dit que le stress de l’enquête policière qui a suivi l’a amenée à faire une fausse couche.
    Plus d’un an plus tard, la police s’est présentée au domicile de Wydrzyńska et a confisqué les médicaments qu’elle avait à la maison, ainsi que les ordinateurs d’elle et de ses enfants.
    « Je suppose que c’est comme une grossesse accidentelle », a plaisanté Wydrzyńska. « C’était la première fois que je prenais un risque, et bam : j’ai été mis en accusation. »
    Wydrzyńska est impliquée dans l’activisme pour l’avortement depuis plus de 15 ans, créant le premier salon de discussion du pays où les Polonais pouvaient échanger des informations sur les quelques possibilités d’avortement sûr encore à leur disposition. Elle était impliquée avec ADT depuis 2019, qui travaille à déstigmatiser l’avortement et à mettre les femmes en contact avec des fournisseurs étrangers de pilules abortives.
    Le groupe lance une campagne en ligne multilingue, #IamJustyna, pour promouvoir la solidarité et la fraternité, ainsi que pour sensibiliser la communauté internationale à la situation en Pologne.
    « Cette loi sur l’aide à l’avortement vise à isoler la personne qui en a besoin, à la faire se sentir seule. Nous voulons montrer qu’ils ne sont pas seuls. Qu’ils peuvent compter sur nous et qu’ils peuvent compter sur leurs amis et leur famille », a déclaré Jelińska.
    Broniarczyk a déclaré: « Nous encourageons les gens à envoyer un message à leurs amis et à dire: » Si jamais vous avez besoin d’un avortement, vous pouvez compter sur moi. De plus, nous espérons un soutien et une pression internationale, ainsi que des fonds.
    Suite à la restriction de l’avortement en Pologne en 2021, le gouvernement belge a aidé ADT en fournissant des fonds aux femmes polonaises souhaitant avorter à l’étranger. Broniarczyk
    espère que l’affaire judiciaire pourra également mobiliser d’autres donateurs internationaux car, comme elle le dit, « les avortements coûtent de l’argent ».

    Courrier de la MMF n°403

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :