Une force arrachée à l’avenir

12Mémoire du « Bâtiment en pierre », de la prison, de la terreur…

Une évocation poétique d’un monde dur, coloré par la présence d’un ange.

Des hommes, des murs, des pierres, des rêves, un labyrinthe, des femmes, un cinquième étage, un éclat de rire, A. et des histoires.

« La nuit recommence en d’autres lieux du monde, sur d’autres continents, les stores s’abaissent, les sonneries d’alarme, les sirènes mettent les hommes en garde contre la menace de l’obscurité ».

Un récit de l’envers, du derrière les murs et trois lettres : V, I et E. « N’est-ce pas en vertu de ce festival de lettres que nous avons survécu ? »

Asli Erdogan : Le bâtiment de pierre

Traduit du turc par Jean Descat

Actes Sud, Arles 2013, 109 pages, 13,50 euros

Didier Epsztajn

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s