Un histoire de Guernica à Auschwitz

Dans sa préface, Claude Laharie parle d’histoire, « l’histoire est faite par les hommes », des vies d’hommes et de femmes, des déchirures insoupçonnées, des anecdotes personnelles, des détails imprévisibles ou des silences interminables…

« Tel est l’itinéraire que nous propose ici Emile Vallès : des histoires, des dizaines d’histoires, recueillies au hasard des rencontres et des circonstances ».

Son père a été enfermé à Gurs. Sa mère, son frère ainé et lui-même au camp de Les Mathes. Emile Vallès rappelle dans son avant-propos que « Cette histoire est donc une partie de moi-même. Elle me poursuit depuis mon enfance ».

Février 1939, 500.000 « vaincus magnifiques », des combattant-e-s et des civil-e-s d’Espagne passent la frontière des Pyrénées orientales. Un camp monté en 42 jours. Gurs. 382 baraques, près de 20 000 personnes, une troisième ville dans le département. L’organisation des internés en Compagnie de Travailleurs Etrangers.

Mai 1940, le gouvernement français convoque « tous les étrangers d’origine allemande résident dans la région parisienne pour un recensement », les homme au stade Buffalo, les femmes au Vél-d’Hiv, « Parmi elles, des réfugiés, juives ou pas, communistes ou pas, mais aussi des antinazies, des résistantes allemandes et autrichiennes ». Des interné-e-s traité-e-s d’« indésirables ».

Eté 1940, promulgation de lois raciales par le gouvernement français… avant la participation à la « solution finale »..

« En résumé, le camp de Gurs a été avec Rivesaltes l’un des deux grands plus grands camps d’internement et de déportation français, de 1939 à 1944. Toutes les catégories « d’indésirables » de l’époque y ont été enfermées. A partir d’aout 1942, il est l’une des portes d’entrée vers la Shoah ».

Némésio, les civils défendant la république, une fermière béarnaise, des brigadistes allemands, Miguel Angel, Melkit, Anselmo, Lilo, des internées antifascistes – en tant qu’allemandes, la résistance aux conditions dégradantes, les boites de conserves pour les « ruisseaux nocturnes », Paul, José, Moshe, Sarah, Manuel, Stanislas, Lucienne Esther, Judith déportée à l’age de trois ans, Amira, José-Maria, Marc, Luis, des horreurs et l’espoir…

Plus que des parcours individuels, la mémoire de l’internement, la mémoire des camps, l’actualité du passé au présent.

Emile Vallès : Itinéraires d’internés du camp de Gurs (1939-1945)

Républicains espagnols. Brigades Internationales. Indésirables. Juifs allemands. Résistants

Editions Cairn, Pau 2016, 158 pages, 14 euros

https://www.editions-cairn.fr/histoire/896-itineraires-d-internes-du-camp-de-gurs-1939-1945-9782350684093.html

Didier Epsztajn

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s