Trio : batterie, contrebasse et piano

« Le » trio par excellence. Volontairement j’ai ordonné les instruments par ordre alphabétique.

Une diversité surprenante, des inventions et des (dés)équilibres toujours renouvelés, des surprises encore, malgré les effets de mode de certains. Au hasard de ré-écoutes récentes.

cd1Un contrebassiste leader et compositeur. Pour celles et ceux qui les connaissent, cela sera l’occasion de retrouver, en format trio, « La Pasionara » qui s’accorde avec bien des orchestrations, et cette pièce exceptionnelle qu’est « Silence », deux exemples du riche univers de Charlie Haden.

Trois pièces du contrebassiste, une pièce de Gary Peacock, autre contrebassiste, une d’Ornette Coleman et le « Solar » de Miles Davis pour terminer.

La batterie de Paul Motian, assurant une pulsation discrète, permet au pianiste Gonzalo Rubalcaba et à Charlie Haden de développer leurs propres qualités, tout en étant en grande écoute avec l’autre. Un beau concert, alliant la virtuosité du pianiste et la profondeur du jeu du contrebassiste dans les morceaux plus en solo. Et lorsqu’il s’empare du devant de la scène, Paul Motian, nous rappelle qu’il est un très grand batteur, pas seulement un grand accompagnateur.

Cd Charlie Haden : « The Montréal Tapes », avec Paul Motian et Gonzalo Rubalcaba, enregistré au Festival international de Montréal en juillet 1989, Verve

cd2Suite en deux parties. Au commencement et au premier plan, impulsant un rythme soutenu, Gary Peacock et sa contrebasse. Barry Altschul tisse à la batterie et aux percussions une toile souple qui accompagne et anticipe les interventions du pianiste Paul Bley ou les dialogues décalés entre piano (acoustique et électrique) et contrebasse. L’évidence d’un trio, d’une complémentarité joyeuse, en concert. Trente deux minutes de musique intensive, de sonorités électrisantes.

Cd « Japan suite », Improvising Artists Inc., enregistré au japon en juillet 1976 au Yamaha Music Festival

cd3Trois lettres DAG pour Sophie Domancich (piano), Jean-Jacques Avenel (contrebasse) et Simon Goubert (batterie).

Une architecture particulière, un équilibre peu courant. A l’exception de « as usual » de Steve Lacy, des compositions de ces musicien-ne-s. Loin des facilités de certains, des énergies gratuites d’autres, une pulsation légère et des sonorités pleines. Un vrai entente.

Cd DAG, Cristal, enregistré en 2005

cd4Grande complicité entre un pianiste, Martial Solal, à la main droite particulièrement vivante, un contrebassiste virtuose, Niels-henning Orsted-Pedersen, assurant une bonne part des sons graves et un batteur, Daniel Humair, donnant à son instrument une place entière non limitée au soutien des autres instrumentistes. J’ai un faible pour « Here’s That Rainy Day ». Une tonalité, intégrant des apports de la musique savante européenne.

Cd « Suite for trio », MPS, enregistré en février 1978

cd5Florian Weber (piano), Jeff Denson (contrebasse avec utilisation fréquente de l’archet) et Ziv Ravitz (batterie). Dès la première écoute, l’auditeur/auditrice sera frappé-e par les colorations, les équilibres décalés, il ne s’agit pas d’un énième trio maîtrisant le swing. Une chaleur particulière, des rythmes faisant place aux dérapages, des chemins pris de traverse. Une actualité construite.

Cd Minsarah : « Blurring the Lines », Enja 2010

Didier Epsztajn

Auteur : entreleslignesentrelesmots

notes de lecture

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :