Comment la prostitution est devenue le secteur professionnel le plus moderne au monde

Quand la nouvelle est tombée, que la vice-présidente d’une des « organisation de travailleuses du sexe » consultée par Amnesty International pour sa politique sur la prostitution avait été condamnée pour trafic d’êtres humains et proxénétisme, beaucoup d’abolitionnistes ont été consternées, mais pas surprises. Car « Les droits des travailleuses du sexe » sont de plus en plus un euphémisme pour désigner les droits des proxénètes, des propriétaires de bordels et des hommes qui paient pour du sexe.

Le discours du « travail du sexe » a fait en sorte que « le plus vieux métier » devienne la profession la plus moderne du monde. La prostitution n’est plus considérée comme un vestige moyenâgeux patriarcal – elle est subversive, libératrice, et même féministe. Pour le mouvement des femmes, la prostitution a été mise en avant comme le droit d’une femme sur son propre corps ; pour les néolibéraux, comme un symbole de la libre-entreprise ; pour la gauche, comme un « travail du sexe » nécessitant des syndicats et des droits du travail ; pour les conservateurs, un accord privé entre deux personnes consentantes, hors de toute intervention de la société ; pour le mouvement LGBT, comme une sexualité exigeant son droit à l’expression.

La prostitution est devenu une sorte de caméléon, s’adaptant à toutes les idéologies. Et lorsque la gauche embrasse la prostitution comme un « travail », c’est sans la compréhension marxiste du travail comme une chose intrinsèquement aliénante qui devrait être abolie, et qui provient de la perte pour les travailleur-es de la possibilité de choisir leur propre vie. L’autre élément absent est la clairvoyance sur la façon dont le capitalisme se déploie dans toujours plus de dimensions de notre vie, nous amenant à voir nos corps et nos esprits comme seulement des matières premières.

Le discours du travail du sexe était à l’origine marginal, issu d’un milieu politique créatif et chaotique de Californie. Il prit de l’importance quand il fut publicisé par le gouvernement néerlandais pour préparer le terrain à la re-légalisation de l’industrie du sexe. Les Pays-Bas, avec son industrie du sexe florissante, avait de toute évidence un intérêt économique à taxer cette dernière. L’idée selon laquelle la prostitution est un métier comme un autre devint bien pratique. Mais si la prostitution devait être considéré comme un métier, l’existence de syndicats était cruciale, et l’organisation Rode Draad devint le premier syndicat de ce genre connu dans le monde.

C’est le gouvernement néerlandais qui a fondé Rode Draad. Ce dernier a été présenté comme un syndicat pour les « travailleuses du sexe », mais depuis sa création, il a été financé par l’argent de l’Etat, et sa direction a toujours été composée de sociologues plutôt que de personnes en situation de prostitution. Les hôtels d’Amsterdam distribuent des brochures pour les touristes, les rassurant qu’ils n’ont pas à se sentir coupables de payer pour du sexe, car « beaucoup » de prostituées sont membres du syndicat Rode Draad. Les références le concernant devinrent presque obligatoires dans les anthologies féministes des années 1980. Et pourtant, Rode Draad n’a jamais eu plus de 100 membres, n’a jamais eu de différend avec ne serait-ce qu’un seul bordel, et ses représentants, comme le sociologue Jan Visser et l’écrivaine/universitaire Sietske Altink, n’ont aucune expérience de la prostitution.

Altink, lors d’une conférence en 2009, a déclaré que la demande de prostitution diminuerait, lorsque « les épouses seront meilleures au lit. » Elle travaille maintenant au Comité International des Droits des travailleuses du sexe en Europe (ICRSE), où, très curieusement, on retrouve souvent les mêmes hommes politiques, universitaires et travailleurs sociaux qui apparaissent encore et encore, construisant leurs carrières en parlant du droit de faire quelque chose qu’ils n’ont personnellement pas fait.

Et comme l’industrie du sexe a augmenté dans le monde entier, le discours du travail sexuel a atteint le statut hégémonique. Des composantes de la gauche et du mouvement féministe ont mordu à l’hameçon de la propagande : lutter en faveur de la prostitution c’est se battre pour la liberté. C’est vraiment étrange.

Il y a cent ans, la lutte contre la prostitution était indispensable pour à la fois le mouvement ouvrier et le mouvement des femmes. Souvenez-vous des affiches bien connues du syndicat britannique des dockers, qui proclamait : « Nous n’arrêterons pas tant que la misère, la prostitution et le capitalisme existent » et « Une agression contre l’un-e de nous est une agression contre nous tou-te-s » ? Il était évident pour les hommes dockers que la prostitution condamnait leurs sœurs de la classe ouvrière à être utilisées par les hommes des classes supérieures, et qu’ils n’allaient pas permettre docilement que cela se produise. Quant au mouvement des femmes, il a lutté contre la prostitution avant même d’exiger le droit de vote : se débarrasser du commerce d’esclaves était l’urgence prioritaire.

La prostitution n’a pas changé. C’est toujours la même industrie, les mêmes hommes riches achètent les femmes pauvres, la même exploitation, la même violence et la même traite (on parlait alors de traite des blanches). Ce qui a changé, c’est l’appellation. Comme l’écrit Sonia Sanchez, une survivante argentine de la prostitution : « Voilà un féminisme qui est très utile pour les proxénètes … un mouvement sans mouvement, dirigé presque exclusivement par des universitaires, bien loin du féminisme populaire ».

J’ai passé quatre ans à voyager à travers l’Europe et à étudier les organisations du « travail du sexe » pour mon livre L’être et la marchandise. J’ai vu se répéter toujours le même modèle : une organisation du « travail du sexe » avec un site Web élaboré et une présence en ligne impressionnante, qui revendique des centaines ou des milliers de membres ayant une pratique du travail du sexe, mais qui ne s’avérera en réalité composée que de trois personnes autour d’un café. Ce fut le cas, par exemple en France, avec le groupuscule « Les Putes » (maintenant appelé STRASS).

Une autre configuration récurrente implique des universitaires et des salarié-es d’Organisations Non Gouvernementales composant alors l’ensemble du conseil d’administration, tandis qu’une seule personne de l’organisation aura pratiqué la prostitution. Cette personne, bien sûr, sera celle qui parle aux médias, comme pour le ICRSE. Il n’y avait même pas une seule personne prostituée dans l’organisation espagnole Ambit Donà, malgré sa prétention à « défendre le droit d’être prostituées. » Parfois, les syndicats existants ouvriront une commission pour les personnes dans la prostitution, comme avec la Confederación Sindical de Comisiones Obreras (CCOO), le plus grand syndicat en Espagne, ou avec ver.di allemand, avec de maigres résultats. Pas une seule personne dans la prostitution n’a rejoint le CCOO. La branche du syndicat allemand des travailleuses du sexe m’a dit « n’avoir jamais eu plus que quelques membres » et qu’aucun conflit du travail n’avait jamais été porté, en dépit du fait que l’industrie de la prostitution d’Allemagne est la plus grande de l’Europe, avec plus d’un million de personnes qui vendent du sexe quotidiennement.

Tout aussi décevant étaient les résultats de la légalisation en Allemagne : seulement 1 pour cent des prostituées s’était déclaré comme « travailleuse du sexe ». Lorsque l’enquête officielle de l’Etat allemand a cherché à comprendre pourquoi, beaucoup de femmes dans la prostitution répondirent qu’elles espéraient en sortir dès qu’elles le pourraient et qu’elles ne voulaient pas voir la prostitution autrement que comme une solution temporaire.

Huschke Mau, une survivante allemande de la prostitution, écrit :

« Comme la majorité des prostituées, je ne me suis pas fait enregistrer en tant que prostituée, parce que je craignais de ne plus pouvoir échapper à ce statut. Parce que j’avais peur que l’on me demande pourquoi je ne voulais plus travailler comme prostituée, quand c’était maintenant un travail comme un autre. Et c’est exactement ce qui est arrivé quand j’ai voulu échapper au milieu. J’ai cherché de l’aide dans le réseau des soins de santé et n’ai trouvé qu’incompréhension. Et je n’ai pas réussi à m’échapper.

Qu’étais-je censée dire au bureau d’emploi quand je leur ai adressé une demande de prestations pour ne plus avoir à sucer dix bites par jour – afin de pouvoir avoir un logement et de quoi manger ? Ils m’auraient demandé comment j’avais gagné ma vie depuis les trois derniers mois ? Et si je leur avais dit, m’auraient-ils demandé pourquoi je ne voulais pas continuer à le faire, alors qu’il y avait un fantastique bordel tout près, qui engageait discrètement… ? »

Une femme m’a dit s’être tournée vers les organisations du travail du sexe dans l’espoir de trouver un abri, elle a finalement été utilisée comme outil de campagne. TAMPEP, une autre organisation néerlandaise, reçoit des millions d’euros de l’Union Européenne pour lutter contre le VIH. Elle utilise l’argent pour distribuer des préservatifs aux femmes migrantes et pour faire campagne en faveur de la dépénalisation. Quand j’ai parlé à sa représentante, encore une travailleuse sociale, elle a dit que les femmes lui demandent souvent de les aider à sortir de l’industrie. Mais, elle a ajouté : « Notre travail n’est pas de faire sortir les femmes. Notre travail consiste à leur apprendre à être de meilleures prostituées ».

Parfois, derrière une façade des droits des travailleuses du sexe, on trouve même des proxénètes. C’est le cas du British International Union of Sex Worker (IUSW) [Le syndicat international britannique des travailleur-es du sexe], dirigé par le propriétaire d’une agence d’escorte, Douglas Fox. Alors même qu’il possède l’un des plus grands services d’escorte de Grande-Bretagne, Compagnons Christony, Fox se qualifie lui-même d’homme escort indépendant et rabâche sans fin dans la presse sur les droits des travailleuses du sexe et les maux du féminisme.

C’est là un phénomène international, et H. Mau le rappelle :

Vous vous référez au BESD [Berufsverband erotische und sexuelle Dienstleistungen e.V .; soit « l’Association professionnelle pour les services érotiques et sexuels »] comme « syndicat de travailleuses et de travailleurs du sexe ». Vous rendez-vous compte que cette organisation ne représente que 0,01% des personnes prostituées en Allemagne ? Et de quel genre de syndicat des personnes prostituées parlons-nous s’il comprend les propriétaires de bordels ? Des exploiteurs qui créent un « syndicat » pour représenter les travailleuses et travailleurs ?

Qu’un patron n’ait pas les mêmes intérêts que le travailleur est généralement une évidence pour la gauche – sauf quand il s’agit de la prostitution. Le IUSW a rapidement été invité à devenir une branche du syndicat britannique GMB et le reste à ce jour.

L’idée de « syndicats des travailleuses du sexe » est puissante. Cependant, au cours de mes recherches, je n’ai pas rencontré une seule organisation qui fonctionne vraiment comme un syndicat, à savoir : être créé et financé par ses membres et être composé uniquement des personnes du secteur, et dont la partie adverse est composée d’employeurs et de bénéficiaires. La plupart de ces groupuscules sont en fait des lobbies qui cherchent à légaliser tous les aspects de l’industrie du sexe par l’appellation de la prostitution comme « travail ».

Ce qui est étrange à propos des nombreux auto-désignés « syndicats des travailleuses du sexe », au-delà de leur manque de membres et de leur échec total pour initier des conflits avec les proxénètes et les propriétaires de bordel, est leur insistance à affirmer que le travail du sexe est une chose formidable. Les autres syndicats parlent des difficultés professionnelles, du temps de travail trop long, des risques et de la course aux profits. Et pourtant, la prostitution comporte une proportion de risques professionnels que peu d’autres emplois atteignent : 82% des personnes dans la prostitution ont été agressées physiquement, 83% ont été menacées avec une arme et 68% ont subi des viols. Le taux de mortalité des femmes dans la prostitution est plus élevé que celui de n’importe quel autre groupe de femmes, même celui des femmes sans-abri et des toxicomanes. Est-ce qu’un syndicat qui représente vraiment les personnes prostituées ne devrait pas parler de cela ? Mais, à la place, plusieurs des groupes susmentionnés font le contraire : ils masquent les problèmes. Ils disent seulement à quel point être dans la prostitution permet une réalisation de soi, combien elle est une libération réelle du patriarcat, et quelle belle occasion elle représente pour tester ses limites.

Permettez-moi de vous dire que c’est quelque chose que vous n’entendez jamais sur le trottoir.

Kajsa Ekis Ekman

Kajsa Ekis Ekman est une écrivaine suédoise et auteure de L’être et la marchandise – prostitution, maternité de substitution et dissociation de soi et Stolen Spring—The Eurocrisis Seen From Athens. Elle est membre du Centre d’études marxistes de Suède et effectue des conférences au quatre coins du globe sur les droits des femmes, la théorie sur la crise économique et le capitalisme. Elle écrit pour le quotidien suédois Dagens Nyheter.

Version originale :

http://www.truthdig.com/report/item/how_prostitution
_became_the_worlds_most_modern_profession
_20160907

Traduction : le collectif de Ressources Prostitution

https://ressourcesprostitution.wordpress.com/2016/11/21/comment-la-prostitution-est-devenue-le-secteur-professionnel-le-plus-moderne-au-monde/

.

De l’auteure :

« La puta y la virgen representan a dos industrias en el mercado », kajsa-ekis-ekman-la-puta-y-la-virgen-representan-a-dos-industrias-en-el-mercado/

L’être et la marchandise – Prostitution, maternité de substitution et dissociation de soiLa transgression fétichiste des frontières se différencie de la dissolution révolutionnaire des mêmes frontières

Entretien : Être et être achetée: Une entrevue avec Kajsa Ekis Ekman

Extrait de l’ouvrage de Kajsa Ekis Ekman : L’être et la marchandise. Prostitution, maternité de substitution et dissociation de soi, extrait-de-louvrage-de-kajsa-ekis-ekman-letre-et-la-marchandise-prostitution-maternite-de-substitution-et-dissociation-de-soi/

Le site de Kajsa Ekis Ekman : http://kajsaekisekman.blogspot.fr/

Publicités

Une réponse à “Comment la prostitution est devenue le secteur professionnel le plus moderne au monde

  1. Que de mauvaise foi pour justifier la prostitution ! C’est désolant, désespérant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s