Femmes – hommes : quelles différences naturelles ? 

Avec l’aimable autorisation de l’auteure

Intervention d’Odile Fillod aux Journées intersyndicales femmes : CGT, FSU, Solidaire (16 et 17 mars 2017)

J’ai choisi de donner ce titre à mon intervention afin de souligner que la question n’était pas de savoir s’il existe des différences naturelles entre femmes et hommes, comme pourrait le laisser penser l’intitulé de cet atelier, mais plutôt de savoir en quoi consistent exactement ces différences.

Mon intention n’est évidemment pas de tenter d’en dresser un inventaire. Ce que je vous propose, c’est de passer en revue un certain nombre d’entre elles en mettant en évidence l’écart important pouvant exister entre ce que les données des sciences biomédicales permettent d’en dire, et la manière dont elles sont présentées ou interprétées. Avant cela, je vais préciser ce que j’entends par « naturel », c’est-à-dire sous quel angle je considère l’opposition « nature/culture », pour reprendre une formulation classique.

Nature versus culture : de quoi parle-t-on ?

Un premier angle consiste à s’intéresser à la phylogénèse de notre espèce, c’est-à-dire son histoire évolutive. La question est alors de savoir si telle ou telle différence de prédisposition biologique existant aujourd’hui entre femmes et hommes est le fruit d’une évolution « purement naturelle », ou si des pressions de sélection culturelles en sont au moins en partie responsables. C’est sous cet angle que Priscille Tourraille a exploré l’origine des différences génétiques dont découle actuellement un écart moyen de stature entre femmes et hommes : comme cela vient de vous être exposé, ses recherches indiquent que ces différences pourraient bien avoir été sélectionnées non parce qu’elles conféraient « naturellement » des avantages en termes de succès reproductif, mais du fait de pratiques induites par une représentation partagée de la différence des sexes – c’est-à-dire induites par la culture. Les questions de ce type sont passionnantes, mais la question qui m’intéresse est différente : il s’agit de savoir ce qui conditionne aujourd’hui les trajectoires des individus, à l’échelle d’une vie humaine.

Cette question-là, on pourrait être tenté·e de la poser en termes d’ontogénèse, c’est-à-dire se demander dans quelle mesure un trait d’un individu donné est le fruit de sa « nature » (au sens de son bagage génétique initial) ou de la « culture » (au sens de l’environnement matériel, social et culturel dans lequel il s’est développé). Mais en fait, il est vain de poser la question en ces termes. En effet, tout trait d’une personne résulte d’une interaction entre les deux, sans qu’il soit possible de quantifier leurs parts respectives. Pour reprendre l’exemple de la stature, celle-ci dépend à la fois du bagage génétique de l’individu et de son environnement de développement (nourriture disponible, conditions de sommeil …), et il serait vain de chercher à déterminer combien de centimètres d’une personne donnée ont été construits par chaque facteur. C’est à cela que renvoie l’expression « tout est 100% inné et 100% acquis », et de là que vient l’idée que le « débat inné/acquis » est dépassé. Or il n’en est rien, car il y a une autre façon de poser la question qui elle, a un sens, et n’a pas du tout été rendue obsolète par les progrès scientifiques.

Cette troisième façon consiste à se demander quelle est l’origine des différences entre groupes observables ici et maintenant. Dans quelle mesure une différence observable entre femmes et hommes aujourd’hui, dans une population donnée, est-elle due à une différence de prédispositions biologiques, et/ou à d’autres facteurs qu’on peut appeler culturels pour aller vite ? Contrairement à la question précédente, ici on ne peut rien affirmer a priori : la part naturelle de la différence peut très bien être égale à zéro, ou au contraire à 100%, et on ne peut la connaître qu’en explorant la variabilité de cette différence et les mécanismes concrets de son développement. Ce sont ces différences de prédispositions biologiques et leurs conséquences biologiques que j’appelle naturelles, et dont je vais parler, en commençant par la différence entre femmes et hommes la plus tranchée, et qui est assurément 100% naturelle, pour aller progressivement vers des différences moins nettes.

Il me faut encore préciser avant de poursuivre que chaque fois que j’utilise les mots « femme » et « homme » dans ce contexte, cela désigne les personnes identifiées comme telles à l’état civil, et dotées des chromosomes, des gonades et des organes génitaux conformes au standard définissant la catégorie de sexe correspondante dans notre espèce.

Différence génétique

La première des différences entre femmes et hommes, très nette et indiscutablement naturelle, est d’ordre génétique : en termes de caryotype, femmes et hommes sont équipés de 46 chromosomes, mais les premières possèdent un deuxième X sur la 23ème paire alors que les seconds ont un Y à la place.

Une présentation particulièrement spécieuse de cette différence, portée en France par la généticienne Claudine Junien, consiste à dire qu’« en termes de séquence d’ADN », la « ressemblance entre un homme et une femme n’est que de 98,5%, du même ordre de grandeur qu’entre un humain et un chimpanzé » (C. Junien et N. Gauvrit, The Conversation, 26 février 2017). Affirmant que cela se traduit par des différences biologiques d’ampleur comparable « en particulier dans le cerveau », elle estime que l’étude de ces différences liées au sexe devrait permettre d’avoir « une meilleure utilisation des dispositions naturelles des uns et des autres » et ainsi de « trouver des nouvelles bases pour la parité », et peut-être aussi « d’optimiser les relations et la communication entre les hommes et les femmes »1.

Pour quantifier la dissemblance génétique entre femmes et hommes, elle retient tout d’abord les estimations de 23 000 gènes au total, de 100 gènes sur le chromosome Y, de 1500 sur le X, et de 15% des gènes du deuxième X échappant chez les femmes au mécanisme d’inactivation aléatoire d’un X sur deux dans chaque cellule. Considérant ensuite que tous les gènes du Y sont absents du X et donc spécifiques aux hommes, et que les 15% de gènes non inactivés du deuxième X sont absents du Y, et constituent donc une forme de spécificité des femmes, elle calcule (100 + 0,15 x 1500) / 23 000 ≈ 1,5% de différence, soit environ 0,5% dû au Y des hommes et 1% dû au deuxième X des femmes.

Or même en admettant ces estimations discutables (par exemple, il y a au plus 60 gènes fonctionnels dans la région spécifique au chromosome Y et non 100), additionner 15% de 1500 à 100 dans ce calcul n’a aucun sens. En effet, les gènes du chromosome X ne sont pas spécifiques aux femmes. De plus, quand deux copies d’un de ces gènes sont simultanément activées, en moyenne cela ne produit pas un doublement de l’expression du gène (loin de là). Quand bien même ce serait le cas, une différence moyenne de niveau d’expression d’un gène entre deux groupes d’individus n’est pas de même nature que la présence chez l’un d’un gène (ou d’une version d’un gène) absent(e) chez l’autre.

Ce sont ces différences de (versions de) gènes qui ont été examinées pour évaluer la distance génétique entre humain et chimpanzé. Or si on estime depuis 2005 qu’au sein des séquences d’ADN pouvant être alignées entre les deux espèces (correspondant a priori à des gènes homologues), il n’y a qu’un peu plus de 1% en termes de différences de nucléotides (une « lettre » de l’ADN diffère entre les deux espèces), on estime aussi qu’en plus, environ 1,5% des nucléotides présents dans les séquences humaines sont absents chez le chimpanzé, et environ 1,5% réciproquement. Affirmer que la différence génétique femmes-hommes est du même ordre est donc fallacieux, surtout que ce calcul de la distance génétique entre les deux espèces ne tient pas compte de nombreuses autres différences susceptibles d’avoir des conséquences biologiques, et qui soit n’existent pas entre femmes et hommes, soit sont d’ampleur incomparable entre les deux espèces2.

Enfin et surtout, on ne peut tirer aucune conclusion de tels calculs, car tout dépend des effets biologiques concrets des différences génétiques en question (pouvant dans certains cas être inexistants), et de la combinaison des effets de l’ensemble de ces différences (pouvant dans certains cas se compenser). Le fait est qu’en termes de protéines produites par l’expression des gènes, ainsi que globalement sur les plans anatomique, physiologique, ainsi que cognitif et comportemental, femmes et hommes sont infiniment plus proches les uns des autres qu’ils ne le sont des chimpanzés.

A contrario, une petite différence génétique peut très bien être lourde de conséquences. Il en est ainsi d’une région spécifique au chromosome Y qui entraîne de nettes différences entre femmes et hommes au niveau de la production des gamètes, de l’anatomie des organes sexuels et de la production de certaines hormones. Ces différences sont bien naturelles, donc, mais on en a souvent une vision erronée.

Production et émission des gamètes

Commençons par le processus de production et d’émission des gamètes aptes à la fécondation. Certes, c’est au compte-goutte que les femmes produisent des gamètes matures, et chez elles la mise à disposition des ovocytes pour la fécondation est complètement indépendante de l’activité sexuelle, alors que les hommes produisent en continu et par millions des spermatozoïdes rendus opérationnels par l’éjaculation. De nombreuses personnes semblent penser que cela induit mécaniquement l’existence de « besoins sexuels » spécifiquement masculins : les hommes auraient besoin d’éjaculer pour « se vider » régulièrement, mais aussi après avoir été excités sexuellement, ce qui pourrait causer un penchant naturel masculin pour la masturbation et la pornographie, l’infidélité et la prostitution, ou encore le harcèlement sexuel et le viol.

Nancy Huston, écrivaine féministe revendiquée, explique ainsi que « [p]our des raisons physiologiques (les testicules qui se remplissent de sperme), le désir des jeunes hommes est difficile à réprimer » ; « Sur des millions d’années, la vue du mâle s’est adaptée pour reconnaitre des femelles fécondables et envoyer des signaux à ses testicules pour y réagir.  […] Le sperme s’accumule dans les testicules des hommes jeunes et, tôt ou tard, ils éprouvent le besoin de l’évacuer. […] Les ovaires des femelles […] ne les tourmentent pas de la même manière » (N. Huston, Reflets dans un œil d’homme, 2012).

Je signale au passage que l’idée de reconnaissance automatique des femmes fertiles avec déclenchement induit d’une réaction physiologique au niveau des testicules n’est étayée par aucun constat de la recherche biomédicale humaine. Mais ce que je voudrais surtout souligner, c’est que :

– les spermatozoïdes produits en continu et non éjaculés sont aussi éliminés en continu par les canaux déférents, et qu’ils ne risquent en aucun cas de s’accumuler (ni dans les testicules, ni ailleurs) ;

– le sperme n’est produit ni en continu, ni en cas d’excitation sexuelle, mais en cas d’activité sexuelle aboutissant à une éjaculation, et le cas échéant seulement quelques instants avant celle-ci ; il ne peut pas s’accumuler, et ce encore moins dans les testicules, car c’est au niveau de la portion de l’urètre située dans la prostate qu’il est fabriqué3.

Rien ne s’accumule chez les hommes qui aurait besoin d’être évacué par l’éjaculation, et on ne connaît rien qui rendrait par nature plus difficile chez eux la répression du désir sexuel. Bien-sûr, quand on ressent une excitation sexuelle au niveau des organes génitaux, cela s’accompagne en général de l’envie d’une stimulation mécanique de ces organes qui va venir « soulager » cette excitation, et cette envie est d’autant plus présente qu’on a l’expérience de telles stimulations agréables. Mais est-ce spécifique aux hommes ?

Organes sexuels

On pourrait le croire au vu de représentations courantes des organes génitaux, telles celles figurant sur la plateforme Corpus du réseau Canopé, une ressource pédagogique sur le corps humain mise à disposition de la communauté éducative par l’Education nationale en 20144. Les schémas censés représenter les organes sexuels mettent bien en évidence ce qui différencie les deux appareils reproducteurs, avec les gonades, les voies génitales et certaines glandes annexes5, et donnent l’impression que le pénis n’a pas de pendant chez les femmes, ou alors qu’il s’agit du vagin. Comme s’il y avait d’un côté un organe génital externe, et de l’autre un vide, un trou (à combler), une sorte de lieu de passage ou de réceptacle.

A partir de là, il est facile d’imaginer que le fonctionnement sexuel féminin est très différent du fonctionnement masculin, comme l’affirme par exemple une sexologue invitant à sortir du « modèle phallocentrique » du désir, c’est-à-dire d’une vision du désir qui serait par essence masculine. Le désir féminin serait « simplement différent de celui des hommes » : « pour une femme, le désir, c’est parvenir à érotiser le fait de devenir objet tout en restant sujet en accueillant le partenaire » (« « Neuf fois sur dix, les femmes parlent du désir au masculin » », Sciences et Avenir, n° 744, 2009).

Or en réalité, les femmes comme les hommes sont dotées d’un organe sexuel dont une partie seulement est visible, qui se trouve au même endroit, accroché aux os du bassin, et qui est chez les deux la source primaire du plaisir sexuel. Le pénis des hommes a un homologue chez les femmes, et ça s’appelle le clitoris, ou l’organe bulbo-clitoridien si on veut être précis·e.

Ces deux organes ont la même origine embryologique, partagent le même type d’innervation bien particulière et sont constitués des mêmes types de tissus très spécifiques, à savoir des corps caverneux (en rose clair dans le schéma ci-dessus) et des corps spongieux (en rose plus foncé)6. Ces tissus ont la particularité d’être érectiles, ce qui n’est soit dit en passant le cas ni des petites lèvres, ni du vagin, ni des mamelons, contrairement à ce qu’on entend dire parfois, et ils ont globalement le même fonctionnement. En particulier, le désir sexuel se traduit aussi chez les femmes par une érection – aussi rapidement que chez les hommes et par les mêmes mécanismes –, et le clitoris a le même rôle que le pénis dans le déclenchement de l’orgasme.

Passons maintenant à une autre différence incontestablement naturelle : la production d’hormones par les gonades7.

Variabilité féminine vs stabilité masculine

Du fait de propriétés des ovaires que n’ont pas les testicules, les niveaux d’hormones gonadiques dans le sang varient selon un cycle d’un peu moins d’un mois en moyenne chez les femmes non ménopausées, et ce cycle est absent chez les hommes. Ce fait a donné lieu à l’idée que les femmes sont caractérisées par la variabilité de leurs hormones et les hommes par leur stabilité. On apprend même dans maints cours de SVT que le taux de testostérone dans le sang d’un homme est constant, et cette parfaite constance supposée a par exemple été représentée dans une émission sur France 2 prétendant exposer « la vérité sur les différences hommes / femmes ». Or, cette stabilité ou constance n’est qu’apparente, seulement due à l’échelle de temps choisie et au lissage des variations journalières.

En effet, si on regarde de plus près le taux moyen de testostérone dans le sang d’un groupe d’hommes, on constate qu’il varie selon un cycle circadien : il passe environ du simple au triple entre son minimum, atteint en début de soirée, et son maximum, atteint au petit matin. En plus, à cette base cyclique viennent s’ajouter chez tout homme des variations conséquentes à une échelle de temps plus fine encore (la sécrétion des hormones qui commandent la production des hormones par les gonades étant pulsatile chez les hommes comme chez les femmes), ainsi que des modifications liées à d’autres facteurs (activité, stress…). Donc définitivement non, les hommes ne sont pas caractérisés par une « constance hormonale ».

La classification des hormones dites « sexuelles » donne elle aussi lieu à une présentation dichotomique trompeuse.

Hormones dites « sexuelles »

Souvent, certaines hormones sont dites « féminines » et présentées comme étant produites par les femmes, et d’autres dites « masculines » (ou « mâles ») et présentées comme étant produites par les hommes. Or en réalité, ces hormones sont produites par tout le monde, et les différences de niveaux ne sont pas aussi tranchées qu’on peut le croire.

Certes, les femmes non ménopausées ont en moyenne nettement plus d’œstrogènes en circulation dans le sang que les hommes adultes, mais les femmes ménopausées en ont au contraire un peu moins. Pour ce qui est de la progestérone, en moyenne les femmes non ménopausées en ont plus que les hommes pendant la deuxième phase de leur cycle, mais à peu près la même quantité pendant la première phase du cycle, et les femmes ménopausées en ont un peu moins que les hommes. Quant aux androgènes, et en particulier la testostérone, les femmes en ont en moyenne nettement moins quel que soit leur âge. Cela dit, pour cette hormone comme pour les autres, les niveaux sont très variables à l’intérieur de chaque groupe de sexe, de sorte qu’il y a par exemple des hommes qui ont un niveau moyen de testostérone dans le sang inférieur à la moyenne féminine.

Malgré tout, il existe bien en moyenne entre femmes et hommes des différences naturelles dans les niveaux de ces hormones, et cela a des conséquences concrètes. Par exemple, si le pénis est plus grand que le clitoris, ou si la pilosité est en moyenne plus développée chez les hommes, c’est parce qu’ils produisent naturellement plus d’androgènes.

Le problème, c’est que la testostérone tend de manière plus générale à être vue comme une sorte de super carburant, comme une substance ayant la propriété d’augmenter tout et n’importe quoi, de sorte qu’à chaque fois qu’on observe qu’un trait est en moyenne plus développé, plus marqué ou plus fréquent chez les hommes, on a tendance à penser que c’est une différence naturelle et qu’elle est causée par la différence de niveau de testostérone.

Différence de stature

Par exemple, on a tendance à attribuer entièrement la différence moyenne de stature entre femmes et hommes à un pic de croissance pubertaire beaucoup plus marqué chez les garçons, et on associe facilement cela à l’idée que la testostérone booste beaucoup plus leur développement. Ainsi, toujours dans cette fameuse émission sur France 2, après avoir expliqué que « les ovaires sécrètent surtout des œstrogènes tandis que les testicules produisent surtout de la testostérone », il était posé ceci : « en raison des hormones, à la puberté les garçons grandissent plus vite que les filles. C’est pourquoi en France, les femmes mesurent en moyenne 1m65, contre 1m77 pour les hommes ».

Pourtant, le pic de croissance pubertaire n’est pas si marqué que cela, comme vous pouvez le voir sur ce diagramme construit à partir des dernières statistiques de l’OMS, et s’il l’est effectivement en moyenne un peu plus chez les garçons que chez les filles, la différence est assez modeste : la pente des flèches bleue et verte, qui représentent les maximums médians féminin et masculin de gain mensuel de taille à la puberté, sont juste un peu différentes.

En fait, sous l’effet conjoint des androgènes et des œstrogènes, ces hormones qui voient toutes deux leur production faire un bond chez filles et garçons à partir de la puberté, il se produit d’un côté une accélération de la croissance du cartilage de conjugaison, qui est le principal lieu de croissance des os longs, et de l’autre une accélération de la transformation de ce cartilage en os. C’est ce processus d’ossification qui va aboutir à la disparition du cartilage de conjugaison, et donc à l’arrêt définitif de la croissance.

Or pour des raisons qui ne sont pas bien éclaircies (mais qui impliquent assurément des différences génétiques liées au sexe), la puberté se produit en moyenne deux ans plus tard chez les garçons. De ce fait, ils disposent en moyenne de deux ans supplémentaires pour grandir, avant que les hormones ne précipitent l’arrêt de la croissance, et c’est cette différence chronologique qui explique à elle seule l’essentiel de la différence moyenne de stature entre femmes et hommes. En d’autres termes, cette différence n’est pas tant due au fait que « les garçons grandissent plus vite que les filles » qu’à celui que les filles arrêtent leur croissance plus tôt, et ce pour une raison qui n’a rien à voir avec l’accélération de la croissance par la testostérone.

Une autre différence moyenne entre homme et femmes habituellement présentée comme entièrement due à leurs différences hormonales concerne la proportion de masse musculaire et sa composition.

Proportion et composition de la masse musculaire

Les données de la recherche biomédicale indiquent de manière convergente que les œstrogènes favorisent le stockage des graisses en haut des cuisses et autour des glandes mammaires, tandis que les androgènes stimulent le développement des muscles squelettiques (et semblent inhiber le stockage de graisse en haut des cuisses). Du fait des quantités différentes de ces hormones circulant en moyenne dans le sang des femmes et des hommes, toutes choses égales par ailleurs, la proportion de masse grasse dans le poids total tend ainsi à être plus grande chez les femmes que chez les hommes, et la proportion de masse musculaire à être plus grande chez les hommes que chez les femmes.

Cela dit, ces caractéristiques corporelles dépendent de bien d’autres facteurs. L’activité physique et l’alimentation, notamment, ont une influence majeure. Or ces facteurs diffèrent aussi en moyenne entre hommes et femmes, de sorte que la part naturelle de la différence de composition corporelle n’est à ce jour pas bien établie. Ce qui est sûr en tout cas, c’est que même à poids égal, une femme peut être plus musclée et moins grasse qu’un homme, et qu’on peut véritablement façonner sa composition corporelle en changeant son activité physique et son alimentation.

Par ailleurs, il était expliqué dans cette même émission sur France 2 que même à masse égale, « chacun des muscles d’homme développe plus de force que les muscles de femme », et ce parce que les « muscles d’homme » auraient plus de fibres rapides que de fibres lentes, alors que ce serait l’inverse chez les femmes. Cette affirmation était illustrée par des dessins montrant une différence radicale : moins de 10% de fibres lentes pour le « muscle d’homme », versus plus de 80% pour celui « de femme ».

En réalité, ce pourcentage, assez variable selon les individus, dépend aussi du muscle considéré, et la synthèse publiée en 2014 des quelques études qui se sont penchées sur la comparaison femme-homme (qui ont presque toutes porté sur le muscle externe de la cuisse) est arrivée à une estimation de 45% de fibres lentes en moyenne chez les hommes contre 55% chez les femmes8.

En outre, aucun effet des différences génétiques ou hormonales entre femmes et hommes n’est établi, alors qu’on a en revanche constaté que certains types d’activité physique, justement celles que pratiquent plus souvent les hommes, fait augmenter le pourcentage de fibres rapides au détriment des fibres lentes. En conclusion, non seulement cette différence-là est loin d’être aussi caricaturale, mais en plus il est tout-à-fait possible qu’elle n’ait rien de naturel.

De nombreux médicaments inadaptés à la nature féminine ?

Une autre différence entre les sexes dont on parle de plus en plus en France, notamment sous l’impulsion de la généticienne déjà citée et de l’essayiste « evoféministe » Peggy Sastre, est la supposée inadaptation de nombreux médicaments aux femmes. En raison de différences naturelles qui ne seraient pas détectées parce qu’« environ 80% des études chez l’animal ne portent toujours que sur des mâles », il y aurait de nombreux effets secondaires inattendus chez les femmes, au point que « de 1997 à 2000, sur 10 molécules retirées du marché, 8 l’ont été en raison d’effets secondaires chez des femmes ». Un véritable scandale sanitaire, ignoré parce qu’on se fiche de la santé des femmes ?

Heureusement, non. Il s’agit d’une intox qui vient des Etats-Unis, et qui ne tient pas debout déjà pour deux raisons évidentes. D’abord, lorsqu’un médicament s’avère être inadapté à un type de patients particulier, on ne le retire pas du marché : on exclut juste ces patients-là de sa prescription. Ensuite, on ne passe jamais directement des études animales à la commercialisation des médicaments : ils sont testés sur l’être humain, or les enquêtes réalisées en Europe comme aux Etats-Unis indiquent que depuis des décennies, les essais cliniques de médicaments susceptibles d’être prescrits à des femmes incluent toujours des femmes, et ce en nombre généralement suffisant (même si certains stéréotypes de genre peuvent parfois amener à en inclure moins que d’hommes).

A la source de cette intox se trouve une note succincte publiée en janvier 2001 par la Cour des comptes américaine, portant sur tous les médicaments retirés du marché états-unien depuis janvier 1997. Dix l’ont été, et c’est cette note qui a indiqué après coup que pour huit d’entre eux, davantage d’effets secondaires avaient été déclarés chez des femmes. De plus, la note soulignait que quatre de ces médicaments étaient prescrits plus souvent aux femmes (l’un deux, le Lotronex, leur était même réservé !), et que cela pouvait expliquer ce différentiel. Pour les quatre autres, les différences n’étaient pas forcément naturelles, et il était signalé que la prise simultanée de médicaments incompatibles pouvait dans certains cas être en cause.

Outre que le Lotronex a depuis été remis sur le marché (toujours réservé aux femmes), le tout premier manuel de médecine sexo-spécifique, pourtant enclin à souligner toute différence naturelle9, a conclu que sur les douze médicaments retirés du marché états-unien entre janvier 1997 et fin 2001, pour dix le nombre supérieur de femmes concernées par les effets secondaires semblait juste refléter leur usage plus fréquent de ces médicaments. Seuls deux sur douze avaient réellement une fréquence plus élevée de troubles (essentiellement cardiaques) rapportés chez les femmes.

Le cas du zolpidem

Le cas du zolpidem, commercialisé sous le nom de Stilnox en France et Ambien aux Etats-Unis, est particulièrement mis en avant par les personnes qui propagent cette intox. Ce puissant somnifère est le seul médicament pour lequel un dosage différent selon le sexe a été défini par l’autorité de santé des Etats-Unis : suite à une étude scientifique publiée en 2013, il a été décidé que les comprimés de 10 mg seraient réservés aux hommes, des comprimés de 5 mg devant être prescrits aux femmes à la place.

Pour évoquer cette histoire, il a été affirmé que les femmes étaient « deux fois plus sensibles aux effets du Zolpidem » (Le Parisien, 2016), et la généticienne Claudine Junien a déclaré : « On sait depuis 1992 qu’il reste deux fois plus longtemps dans le sang chez les femmes » (Le Parisien, 2014). La réalité est bien différente.

L’article scientifique de 2013 qui a conduit à cette décision états-unienne rapporte l’évolution de la concentration moyenne de zolpidem dans le sang d’un groupe de femmes et d’un groupe d’hommes après la prise d’un comprimé. On y voit que cette concentration a atteint son maximum en même temps dans les deux groupes, et qu’ils ont aussi mis le même temps à éliminer la moitié du zolpidem de leur sang. La différence observée entre les deux vient du fait que la concentration maximale atteinte peu après la prise du comprimé était plus de 40% supérieure dans le groupe des femmes : de ce fait, bien que les femmes l’éliminaient de leur sang aussi vite que les hommes, en cas de prise d’un comprimé de 10 mg du somnifère, la concentration sanguine restait plus longtemps au-dessus d’un niveau susceptible de causer des troubles de la vigilance, et par suite des accidents si elles se levaient tôt – d’où la diminution recommandée de la dose, qui n’a pas été justifiée par une plus grande « sensibilité » des femmes aux « effets » du zolpidem.

Les femmes ne sont donc absolument pas « deux fois plus sensibles aux effets du zolpidem », et il est inexact que le zolpidem « reste deux fois plus longtemps dans le sang chez les femmes ». Peut-on néanmoins dire qu’à quantité prise égale, il se retrouve en concentration presque deux fois plus élevée dans leur sang, et que cela signe l’existence d’une importante différence pharmacocinétique liée au sexe ? Non plus. En effet, dans l’échantillon testé les femmes étaient en moyenne plus légères et plus petites, et avaient donc moins de sang dans le corps. De ce simple fait, la molécule s’est retrouvée moins diluée dans leur sang. Or on peut estimer qu’entre 70 et 100% de la différence de concentration observée est explicable par cette seule différence (les données détaillées nécessaires pour faire un calcul précis ne sont pas disponibles), et il en est de même avec les résultats de l’étude publiée sur le même sujet en 2014.

En clair, ce qui a justifié la recommandation de diviser par deux le dosage pour les femmes est dû pour l’essentiel à cette différence corporelle, et non à une différence biologique liée au sexe dans l’absorption, le métabolisme ou la distribution de cette molécule. Autrement dit, il est beaucoup plus pertinent d’ajuster la dose de médicament aux patients en fonction d’une estimation de leur volume de plasma sanguin plutôt qu’en fonction de leur sexe.

La ou le journaliste du Parisien a peut-être été porté·e à croire que les femmes sont plus sensibles aux effets de ce somnifère non seulement en raison du stéréotype de la femme comme être plus vulnérable, plus sensible, mais aussi de l’affirmation répétée qu’hommes et femmes ont des cerveaux qui fonctionnent naturellement différemment. C’est là-dessus que je vais brièvement terminer.

Des différences cérébrales liées au sexe causant des différences psychologiques ?

D’abord, il existe bien des différences moyennes entre les cerveaux des femmes et ceux des hommes. Vous avez par exemple pu entendre parler de différences structurelles macroscopiques : différences moyennes de surface de section du corps calleux, de volume de l’amygdale ou de l’hippocampe, du rapport entre volumes de matière grise et de matière blanche, ou encore de « câblage » global des hémisphères cérébraux.

Cependant, si on compare des femmes et des hommes dont le cerveau a la même taille (et il y en a beaucoup), ces différences disparaissent. C’est en particulier le cas de la différence de « câblage » 10, qui est pourtant celle invoquée par Claudine Junien et Nicolas Gauvrit (The Conversation, 26 février 2017) pour affirmer que des différences biologiques liées au sexe « existent donc dans toutes nos cellules ». En d’autres termes, ces différences structurelles moyennes ne sont apparemment pas dues à ces différences cellulaires liées au sexe, mais à des ajustements macroscopiques qui se font dynamiquement au cours du développement du cerveau en fonction de son volume total. Par ailleurs, aucune causalité n’a pu être établie entre ces différences et des différences cognitives ou comportementales. Le cas échéant, la conséquence serait moins l’établissement de « nouvelles bases pour la parité » que celui de nouvelles bases pour la répartition des rôles sociaux et des métiers en fonction de la taille des gens…

Ensuite, on observe bien aussi certaines différences moyennes entre femmes et hommes en termes cognitifs et comportementaux. Cependant, aucun lien de causalité n’a pu être établi avec leurs différences naturelles génétiques ou hormonales. A contrario, ces différences sont indubitablement au moins en partie sous le contrôle de facteurs non-naturels (par exemple, en soumettant des femmes à un entraînement de courte durée, on peut faire disparaître la différence cognitive moyenne la plus large et la plus souvent constatée lorsqu’on compare un groupe d’hommes à un groupe de femmes). En l’état actuel des connaissances, on ne peut pas exclure l’hypothèse que des différences biologiques liées au sexe sont responsables de différences cognitives ou comportementales, mais force est de constater qu’on a échoué jusqu’à maintenant à le montrer – et ce n’est pas faute d’avoir cherché à le faire.

Enfin pour ce qui est des troubles mentaux, de l’autisme à la dépression en passant par les troubles du comportement alimentaire, on a de même échoué jusqu’à maintenant à expliquer les différences de prévalence ou de symptômes observées entre femmes et hommes par leur différence naturelle. La seule origine naturelle démontrée concerne certains troubles graves liés à des mutations délétères de séquences d’ADN du chromosome X qui sont absentes du chromosome Y. En particulier, les conséquences peuvent être moins graves chez les femmes car elles disposent d’un deuxième chromosome X qui s’il est normal, peut compenser en partie le défaut du premier.

Sur les différences cérébrales et psychiques comme sur les sujets que j’ai évoqués précédemment, il existe une tendance générale à présenter faussement les différences entre femmes et hommes comme étant dichotomiques (comme si toutes les femmes étaient semblables entre elles et tous les hommes semblables entre eux, et les deux groupes clairement distincts), à exagérer l’ampleur des différences naturelles ou à les surinterpréter, mais aussi à considérer trop hâtivement que certaines différences sont naturelles alors qu’il est pour le moins permis d’en douter. Il faut avoir conscience du fait que ce phénomène discursif, qui participe à sa façon au maintien d’inégalités entre femmes et hommes dans toutes les sphères de la société et de la vie privée, est désormais de plus en plus souvent endossé au nom d’un certain féminisme ou d’une défense des femmes dont il convient d’examiner les arguments avec la plus grande circonspection.

Odile Fillod


2 Différences de nombres de copies de gènes, de transposons, d’ADN répétitif, mais aussi de réarrangements chromosomiques. Ainsi, le chimpanzé possède une paire de chromosomes de plus que l’humain, et certains groupes de gènes homologues sont positionnés dans des régions différentes des chromosomes homologues.

3 Pour une explication synthétique utilisable en SVT, voir

http://matilda.education/app/course/view.php?id=129.

4 Comparer www.reseau-canope.fr/corpus/anatomie-3d/homme à

www.reseau-canope.fr/corpus/anatomie-3d/femme,

et voir la vidéo « L’acquisition du phénotype sexuel » accessible via un élément interactif.

5 On ne montre que les glandes directement impliquées dans la reproduction, c’est-à-dire la prostate et les vésicules séminales des hommes. Sont exclues celles qui jouent un rôle de lubrification (glandes de Bartholin côté femmes, glandes de Cowper côté hommes), ainsi que l’équivalent féminin de la prostate, responsable d’une forme d’éjaculation (glandes de Skene).

6 Pour plus d’informations sur le clitoris, voir le site dédié https://odilefillod.wixsite.com/clitoris ; pour une présentation synthétique du fonctionnement sexuel humain utilisable en SVT, voir http://matilda.education/app/course/view.php?id=104.

7 Pour plus de détails sur tout ce qui suit concernant les différences hormonales et leurs conséquences sur la stature et les muscles, voir http://allodoxia.blog.lemonde.fr/2015/08/06/les-pouvoirs-extraordinaires-de-france-2-part2/ et http://allodoxia.blog.lemonde.fr/2015/08/06/les-pouvoirs-extraordinaires-de-france-2-part3/.

8 Sandra HUNTER (2014) Acta Physiologica, vol.210, p. 768-789.

9 Marianne LEGATO (dir.) (2004) Principles of Gender-specific Medicine, Elsevier. Cardiologue pionnière de la médecine sexo-spécifique, Marianne Legato est également l’auteure d’un guide pour améliorer la communication au sein des couples hétérosexuels, Why men never remember and women never forget (2005).

10 Cf Jürgen HÄNGGI et al., 2014, Frontiers in Human Neuroscience, 8, art. 915.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s