Etre exclue du pouvoir ne prémunit pas nécessairement contre ses sortilèges

Le livre de Geneviève Fraisse « du consentement » vient d’être réédité. Je rappelle ma note de lecture parue en janvier 2014, sous le titre : Car dire « oui », c’est aussi pouvoir dire « non », car-dire-oui-cest-aussi-pouvoir-dire-non/

Le texte initial est complété d’un nouveau chapitre : « Et le refus de consentir ? »

Geneviève Fraisse indique « A la dernière phrase de ce livre sur le consentement apparaît enfin le « non », la possibilité, la décision de dire « non »… ». Travailler sur le « oui » et le « non », c’est insister sur l’épaisseur et la complexité de l’« autonomie du sujet ». Mais la/le sujet (et son éventuel consentement) n’existe que dans des rapports sociaux, des rapports de pouvoir ; et pour en rester aux rapports sociaux de sexe, dans la « disqualification des femmes ».

Le non, le refus, le sexe, « Faire grève avec son corps, c’est aussi dire non ». Je souligne le paragraphe sur ce sujet, la « grève des ventres » et l’importance du surgissement du corps féminin dans l’espace public. Comme l’autrice, je renvoie au livre de Carole Pateman Le contrat sexuel, le-contrat-sexuel-est-une-dimension-refoulee-de-la-theorie-du-contrat et à sa préface « À rebours » : préface de Geneviève Fraisse à l’ouvrage de Carole Pateman : Le Contrat sexuel (1988), a-rebours-preface-de-genevieve-fraisse-a-louvrage-de-carole-pateman-le-contrat-sexuel-1988/. Dans ma note, j’avais repris une phrase de Carole Pateman : « Un ordre social libre ne peut être un ordre contractuel », j’y ajoute aujourd’hui qu’un ordre d’égalité ne peut être un ordre du consentement…

Geneviève Fraisse parle, entre autres, de Louise Michel, « et pourtant je vous regarde en face », d’Hubertine Auclert, d’Hélène Brion « Membre du corps social et non citoyenne, une femme serait-elle pourtant responsable, et même coupable ? », de Virginia Woolf et de la « société des marginales », du livre « Une femme à Berlin » (note de lecture : lavenir-setale-devant-nous-comme-une-chape-de-plomb/) et de la tradition prédatrice masculine, « Alors, si le corps peut faire semblant de dire oui, si le corps s’arrangera avec le viol répété de ces occupants, elle dira non de la tête, par sa raison, par sa lucidité ; par son récit quotidien dans un journal intime ; et pour finir par le pluriel d’un comportement solidaire avec les autres femmes violées », de l’exploitation sexuelle et de l’anesthésie du corps, du féminisme des années 70 et de la contestation de l’ordre établi dans sa totalité, de Valérie Solanas (que je découvre ici) et de démolition du système, « La désobéissance est insuffisante car elle suppose déjà l’appartenance au tout social, et n’est donc qu’une des formes de désaccord à l’intérieur du contrat social lui-même », de Monique Wittig et de l’écriture, de Coco Fusco et de son « dialogue » avec Virginia Woolf (le titre de cette note est inspirée de ce passage)…

Geneviève Fraisse aborde aussi l’exclusion, l’inclusion et le passage de l’un à l’autre, et de sa non-automaticité. Elle insiste « Il ne nous fera surement pas abandonner le féminisme comme refus, un refus doublé de subversion »

Comme une invitation à lire ou à relire ce livre.

« Être exclue, hors champ ; ou être dans le champ, opprimée ; ou être augmentée en puissance et élargir le champ. Tout est une question d’espace plus que d’appartenance. Et, peut-être est-ce justement dans l’espace plus que par le temps que l’époque devra penser l’égalité. »

.

De l’autrice :

Violences sexuelles : « Le fait divers est devenu politique », violences-sexuelles-le-fait-divers-est-devenu-politique/

L’extraordinaire sexisme ordinairelextraordinaire-sexisme-ordinaire/

Heureusement qu’à 17 ans, je n’ai pas compris…/heureusement-qua-17-ans-je-nai-pas-compris/

Elle a su délier la vie de la mort, et la mort de la vie, elle-a-su-delier-la-vie-de-la-mort-et-la-mort-de-la-vie/

Colporteuse, ou l’épreuve de l’histoirecolporteuse-ou-lepreuve-de-lhistoire/

Le corps de la femme est un écran où chacun projette sa violencele-corps-de-la-femme-est-un-ecran-ou-chacun-projette-sa-violence/

Les amis de nos amisles-amis-de-nos-amis/

C’est du politiquecest-du-politique/

Le couple Fillon se trompe d’époquele-couple-fillon-se-trompe-depoque/

Le voile, le burkini et l’impureté de l’Histoirele-voile-le-burkini-et-limpurete-de-lhistoire/

« À rebours » : préface de Geneviève Fraisse à l’ouvrage de Carole Pateman : Le Contrat sexuel (1988)a-rebours-preface-de-genevieve-fraisse-a-louvrage-de-carole-pateman-le-contrat-sexuel-1988/

Préface de Geneviève Fraisse à : Femmes, genre, féminismes en Méditerranée, « Le vent de la pensée », Hommage à Françoise Collin. Textes et documents réunis et présentés par Christiane Veauvy et Mireille Azzougpreface-de-genevieve-fraisse-a-femmes-genre-feminismes-en-mediterranee-le-vent-de-la-pensee-hommage-a-francoise-collin-textes-et-documents-reunis-et-presentes-par-c/

L’Histoire comme phénomène – préface pour Alain Brossat, Les Tondues, un carnaval moche (1993)lhistoire-comme-phenomene/

Présentation de : Fanny Raoul : Opinion d’une femme sur les femmesComme une parole donnée à l’espace commun

Olympe de Gouges et la symbolique féministe, entretienolympe-de-gouges-et-la-symbolique-feministe-entretien-avec-genevieve-fraisse/

Affaire DSK : le fait divers, c’est du politiqueaffaire-dsk-le-fait-divers-cest-du-politique/

Olympe de Gouges voulait se souvenir du peupleolympe-de-gouges-voulait-se-souvenir-du-peuple/

Encore et toujours, le droit de l’avortement est en dangerencore-et-toujours-le-droit-de-lavortement-est-en-danger/

Le pape, compassion n’est pas raison ?le-pape-compassion-nest-pas-raison/

Sexe, politique, parole publiquesexe-politique-parole-publique/

*

Notes de lectures

La sexuation du monde. Réflexions sur l’émancipation : il-ny-a-pas-de-toust-temps/

Les excès du genre loperateur-egalite-permet-de-concevoir-et-dinventer-les-nouveaux-rapports-entre-sexes/

Du consentement Car dire « oui », c’est aussi pouvoir dire « non »

La fabrique du féminisme. Textes et entretiens : La surdité commune à l’égard du féminisme est comme une « ritournelle »

Service ou servitude. Essai sur les femmes toutes mains : Rendre au mot service toute son opacité

.

Geneviève Fraisse : Du consentement

Edition augmentée

Seuil, Paris 2017, 160 pages, 13 euros

Didier Epsztajn

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s